Cablecom UPC: Michael Fries s’exprime en Suisse

Michael Fries, CEO de Liberty GlobalLe câble sera à l’honneur cette semaine en Suisse puisque du 15 au 17 février tout le gratin mondial de la branche sera présent à Lucerne pour le Cable Congress 2011. Nous reviendrons sur cette manifestation ces prochains jours.

En vue de ce rendez-vous, Michael Fries, le CEO de Liberty Global, propriétaire de Cablecom UPC s’exprime ce matin dans la Sonntagszeitung. Quelques points intéressants développés dans cet entretien.

On apprend d’abord quelques détails sur la nouvelle box que développe actuellement UPC. Une box tout en un qui en plus d’une expérience télévisuelle totalement nouvelle sur tous les écrans fera office également de modem et de point d’accès WIFI. De quoi gagner non seulement en place mais également en simplicité. Cette toute nouvelle box sera lancée d’ici la fin de l’année aux Pays-Bas et la Suisse suivra juste après.

Sur la concurrence de Swisscom TV, Michael Fries estime qu’avec les 1,5 milliard de francs investis, Cablecom peut maintenant pleinement exploiter les points forts de son réseau. En 2010, Cablecom a clairement vu son nombre de clients progresser dans tous les secteurs. En Internet, le métier de base de Swisscom, le chiffre de 500’000 clients a pour la première fois été dépassé explique-t-il.

Pour la croissance à venir, Michael Fries explique qu’actuellement six clients sur dix regardent encore la télévision en analogique. Avec la généralisation de la HD et de la VOD, le potentiel de croissance est encore très grand.

Sur la question d’un rachat de Sunrise, le CEO de Liberty Global explique que seul le réseau mobile de Sunrise aurait été intéressant puisque Cablecom dispose tout comme Sunrise de son propre réseau fixe. Liberty Global a dont préféré racheter le câblo-opérateur allemand Unity Media pour 3,5 milliards d’euros.

Lorsque le journaliste Michael Soukup lui demande ce que Liberty Global compte faire de son trésor de guerre de plus de 3,3, milliards actuellement, Michael Fries dit simplement « Attendre et voir ».

© pascal martin (Sonntagszeitung)

Billets similaires:


/*

3 commentaires

  1. Hum, rien de bon pour les clients qui vont devoir débourser toujours plus pour des box, car à lire entre les lignes, Cablecom semble privilegier ces boites.

    60% des clients ne sont pas encore passés à la TV numérique, est-ce par ignorance ou refus des box ?

    Plutôt que de se poser les bonnes questions, Cablecom n’y voit que du potentiel de croissance, donc le but du passage au numérique c’est bel et bien tondre un peu plus ras les clients.

    CC ne communique pas non plus sur la fin de l’analogique, ni sur un must carry numérique non crypté !

  2. > Pour la croissance à venir, Michael Fries explique qu’actuellement six clients sur dix regardent encore la télévision en analogique

    sans must carry numerique en clair, c’est sur que cela laisse hésitant les clients qui ne souhaite que la base actuelle analogique en mode numerique.

    C’est entièrement la faute à cablecom et swisscom de ne pas fournir de ce minimum numerique en clair sans décodeur soit par DVB-C pour cablecom et IPTV pour swisscom.
    (Swisscom est à peine excusable… jusqu’à que les TV soit équipé IPTV sans utiliser quelquonque boitier externe ou un pc/mac
    Naxoo, Citycable, seic, et autre opérateurs y arrivents. C’est de la pure mauvaise volonté de la part de ces 2 géants.

  3. et la possibilité d’organiser la liste des chaines, comme sur leur décodeur Nokia d’il y a 10 ans, c’est possible ????

    Plus ils avancent (cablecom) plus les restrictions stupides s’activent…

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives