UPC- Sunrise: Liberty Global ne lâchera peut-être pas l’affaire


Après de succès de Christoph Vilanek, le patron de Freenet qui a réussi à faire capoter le rachat d’UPC par Sunrise, Liberty Global se retrouve dans une position plutôt fâcheuse. Les actionnaires du câblo américain l’ont bien compris, la sanction en bourse a été rapide et cruelle. Ce n’est certainement pas pour rien que Mike Fries, le patron de Liberty affirmait dans le Financial Times que cet « accord pourrait revenir à la vie ».

Plusieurs éléments laissent penser que Liberty Global tentera de trouver de solutions. D’abord, après avoir liquidé la quasi totalité de ses filiales en Europe, on voit mal Liberty Global conserver UPC Suisse; ensuite difficile d’imaginer que l’Américain pourrait trouver un autre acheteur; enfin quelques jours avant que le projet capote, Liberty Global a tout d’un coup changé son fusil d’épaule en étant prêt à investir 500 millions dans la nouvelle Sunrise.

Quelles possibilités pour Liberty Global?
Quelles sont donc les possibilités si Liberty Global se rend compte qu’avec la situation actuelle UPC Suisse ne pourra que perdre de la valeur? Du moment où le régulateur et la Comco ont donné leur accord, Liberty pourrait tenter d’obtenir une majorité de Sunrise avant de fusionner les deux entreprises, mais après sa volonté de se désengager en Europe, difficile d’imaginer un tel scénario.

Il peut également y avoir une autre possibilité bien plus réaliste. Liberty rachète les actions de Freenet voire d’autres actionnaires opposés à l’augmentation de capital (Freenet a d’ailleurs toujours affirmé qu’ils n’étaient pas forcément contre la vente de leurs actions). Pour les Américains, par rapport à l’investissement prévu de 500 millions une telle opération coûterait au cours de l’action Sunrise actuel entre 300 et 400 millions de plus et permettrait de faire passer ensuite l’augmentation de capital prévu. Au final plutôt de que posséder environ 7 à 8 % de la nouvelle Sunrise, Liberty global serait actionnaire à hauteur de 15 à 20% du futur gros concurrent de Swisscom. Même si par rapport à l’objectif initial c’est un échec, mieux vaut peut être cela que de perdre bien plus en laissant UPC Suisse s’enfoncer!

Affaire à suivre donc…

© pascal martin

Billets similaires:


/*

4 commentaires

  1. Merci pour ces différentes analyses Pascal.

    Mais imaginons que Global Liberty n’arrive pas à ses fins avec freenet et les autres actionnaires.

    GL pourrait-il laisser aller UPC dans le mur ?

    Pourrait on assister à une sorte de grounding avec upc qui tourne la clé sur Off ?

    Certains diront que c’est impossible, mais bon récemment le voyagiste Thomas Cook à bien laissé dans la panade des dizaines de milliers de voyageurs, alors … plus rien n’est à exclure dans ce monde …

  2. @Jean Marc
    Liberty Global était à deux doigts de vendre UPC Suisse pour plus de 6 milliards, il y a donc encore un peu de marge…

    Comme ce qui fait la valeur d’une entreprise c’est son nombre de clients, UPC va certainement profiter du lancement de son offre 1 GBIT/S pour proposer des prix agressifs. Dans le même temps ils vont certainement réduire les coûts dans les domaines annexes (MySports, etc)

  3. Pour le sport selon la NZZ, UPC ne participera pas au prochain appel d’offre pour le championnat d’hockey sur glace suisse.

    Perso, je pense que la SFL de football savait très bien que ça allait pas tenir longtemps cette surenchère et a préféré rester au chaud chez Swisscom continuer à collaborer avec eux.

    Bref si l’info de la NZZ se confirme Swisscom va bien rigoler

  4. Merci Julien pour l’info, à noter cependant que l’article de la NZZ date d’avant l’annonce du capotage du rachat d’UPC par Sunrise.

    Mais avec ou sans Sunrise, je pense aussi que pour UPC le sport ce sera terminé:

    https://www.scal.ch/2019/tv-gros-chamboulements-en-vue-dans-la-diffusion-du-sport/

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives