Réseau: le déploiement du FTTH est au point mort. Et maintenant?

Ces derniers jours, la presse alémanique relevait qu’avec l’arrivée de la 5G, la rentabilité du déploiement de la fibre optique jusque dans les ménages (FTTH) serait encore plus dure à atteindre et doute donc de son utilité. Ceux qui se permettent de se poser ce genre de questions sont certainement ceux qui ont déjà du très haut-débit à leur domicile. Car même si le réseau mobile ne pourra jamais vraiment remplacer le réseau fixe, cela n’empêche pas que dans le futur de plus en plus de gens se contenteront uniquement d’un abonnement mobile et que le déploiement et l’entretien du réseau fixe coûtera de plus en plus cher. A l’heure où le déploiement de la fibre optique est quasiment au point mort cela n’augure rien de très bon.

La passivité et le manque de vision de la ComCom fait peur!
Ce qui frappe aujourd’hui c’est surtout le manque de vision et la torpeur dans laquelle se trouve la ComCom. Alors qu’à la base la LTC avait pour but de garantir l’accès au réseau aux opérateurs sans réseau et que la solidarité confédérale (taxe des 25,25) permettait que les services disponibles soient identiques n’importe ou dans le pays aujourd’hui c’est tout le contraire qui se produit avec une double-peine. Les consommateurs les moins gâtés paient le même prix voir parfois même plus chers que ceux qui disposent aujourd’hui de la fibre dans leur salon et ce, sans aucun espoir dans la situation actuelle de voir les choses s’améliorer.

Même si on a échappé à une catastrophe encore bien pire si la dernière révision de la loi avait été acceptée, cela n’empêche pas que la situation actuelle n’est guère réjouissante et qu’elle va en plus encore se détériorer avec l’arrive de la 5G. Actuellement, la LTC pénalise également les petits opérateurs issus des telecoms victimes des offres totalement folles des grands groupes dont le seul but est de gagner un maximum de clients en vue des consolidations à venir; mais aussi les petits téléréseaux qui voient des géants comme UPC venir leur faire directement concurrence dans leurs zones géographiques au travers du réseau Swisscom. Il est totalement illusoire d’imaginer que dans ces conditions les téléréseaux indépendants ainsi que certaines villes où entreprises électriques qui faisaient avancer le déploiement du réseau continueront à investir alors que ces justement grâce à ces entreprises que le réseau Swisscom s’est lui aussi modernisé. Lorsqu’on entend les discours de la ComCom on a l’impression d’être encore en 1998 où la seule question était de savoir comment ouvrir le marché.

L’arrivée de Simonetta Sommaruga synonyme de changements?
Mais qui sait, peut-être que l’ère Sommaruga qui débute offrira un nouveau souffle au régulateur qui pourrait faire preuve de créativité et mettre ses priorités sur le déploiement du réseau. Avec l’argent qu’il y a en Suisse on devrait quand même trouver le moyen d’offrir du très haut-débit à plus que 35% des ménages…

Voici quelques pistes: d’abord, faire un état des lieux et séparer le territoire en 3 zones; la première zone concernerait les endroits où les clients peuvent aujourd’hui déjà obtenir leurs services au travers d’au moins deux réseaux très haut-débit physiques différents; la deuxième concernerait les zones où la concurrence entre au moins deux réseaux est possible si les réseaux sont modernisés, et enfin la dernière concernerait les zones non rentables, c’est à dire celle où aujourd’hui les communes doivent payer pour espérer voir le réseau s’améliorer. Contrairement à aujourd’hui où on parle de couverture par commune, il est nécessaire que ces zones soit définies par habitation; cela signifie que dans une commune la localité principale pourrait très bien être en zone 1, certains quartiers en zones 2 et des hameaux en zone 3.

En zone 1 le régulateur ne fait rien et laisse le marché décider; en zone 2 les travaux de déploiement sont coordonnés par l’Ofcom, le but étant de garder la concurrence entre les réseaux mais avec des frais de génie-civil partagés et une co-utilisation des canalisations; enfin en zone 3 tout nouveau réseau doit être techniquement accessible par n’importe quel opérateur. Une régulation sur les prix n’est par contre pas nécessaire puisque les prix pratiqués en zone 1 ont de toute façon une incidence sur les deux autres zones.

Les possibilités de financement existent il suffit de le vouloir!
Pour de financement des zones 3, si volonté politique il y a ce ne devrait pas être trop un soucis. Une taxe mensuelle de 1 ou 2 francs par raccordement très haut débit alimenterait un pot commun géré par l’Ofcom; un prix d’accès au réseau différencié pour les opérateurs sans réseau et les opérateurs avec réseaux protégerait non seulement les investissements tant des téléréseaux que des entreprises électriques mais en plus contribuerait également au pot commun servant à alimenter les zones non rentables. Ces processus permettraient à la fois d’accélérer le déploiement du très haut-débit mais également de faire baisser les coûts pour les collectivités publiques en évitant les doublons.

Mais sinon on peut aussi continuer comme aujourd’hui, les jours pairs on gueule sur les prix stratosphériques de Swisscom et les jours impairs on dénonce l’ogre bleu qui empêche la concurrence au travers de ses sous marques Wingo ou M-Budjet Mobile 🙂

© pascal martin

Billets similaires:


/*

2 commentaires

  1. Proposition à envoyer à l’ofcom
    Très bon résumé et bonne vision

    Quand je constate que même des clients ne veulent pas de fibre optique à leur domicile même posé gratuitement…
    M’enfin comme dirait Gaston.

  2. @redge, si tu reçois une proposition comme celle de UPC qui installe gratuitement une fibre dans ton logement avec à la clé une obligation de signer pour 10 ans, même si tu déménages, pas d’autre choix que de décliner l’offre, situation vécue à fin 2017.
    Alors il est compréhensible que certaines personnes se méfient et refusent, même si l’offre n’est pas assortie de contraintes.
    Ensuite il y a les petites lignes du contrat qui mentionne que si l’infrastructure de l’immeuble ne permet pas de poser facilement la fibre, des frais peuvent s’appliquer, dans ce cas certains propriétaires refusent la fibre, à voir le pourquoi … comme il n’existe pas de cadre légal…
    Bref nous vivons dans un monde compliqué, je peux comprendre les réticences et peures de personnes un peu « épouvantées » ..,

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives