La COMCO approuve le rachat d’UPC par Sunrise: commentaire et analyse

Bonne nouvelle pour Sunrise qui peut annoncer ce matin que la COMCO n’a rien à redire au rachat d’UPC. Le gendarme de la concurrence a visiblement suivi l’avis de Sunrise qui voit dans cette transaction un moyen de créer sur le marché suisse un véritable concurrent à Swisscom. Il faut dire que UPC n’a pas lésiné sur les moyens ces dernières semaines pour prouver que son infrastructure fixe est au top et permet de véritablement concurrencer le réseau du géant bleu. C’est effectivement tout sauf un hasard si UPC a préparé activement et teasé depuis le début de l’été le lancement de son 1 Gbit/s pour tous. Parce que pour la COMCO la vraie question se situe bien là; le pire scénario pour les consommateurs serait qu’après la fusion, Sunrise ne change rien par rapport à aujourd’hui et continue à se reposer presque uniquement sur le réseau Swisscom. Olaf Swantee, CEO de Sunrise jure le contraire et vu le prix de la transaction on aurait de la peine à ne pas le croire sur parole.

Que fixer comme conditions?
En Suisse alémanique, on a beaucoup entendu parler ces dernières semaines que Sunrise se verrait contraint par la COMCO d’ouvrir le réseau UPC à la concurrence. Si cette condition est très sexy pour les petits opérateurs qui verraient augmenter leur nombre de clients potentiels et leur offrirait le choix entre l’utilisation du réseau Swisscom ou de celui de Sunrise/UPC elle ne changerait absolument rien pour les consommateurs les plus défavorisés, ceux habitant dans des zones où seul le réseau Swisscom est disponible. De plus, la situation est déjà compliquée lorsqu’il s’agit de réguler le réseau Swisscom alors imaginez si les politiciens doivent encore se mêler de celui de Sunrise.

Etat des lieux des gagnants et des perdants
Alors, qui sont les gagnants et les perdants de cette transaction? La seule à être gagnante à 100% c’est Liberty Global qui peut quitter notre pays en laissant une filiale suisse au bord du gouffre tout en empochant le pactole. UPC Suisse est aussi du côté des gagnants parce que sans un rachat par Sunrise sa situation serait devenue de plus en plus difficile au point que si au final les actionnaires refusent la transaction on voit très mal UPC se relever. On peut également du côté des gagnants mettre Swisscom et ce pour deux raisons: d’abord cela fait depuis 10 ans maintenant que les télécommunications suisses sont en attente de consolidation; la guerre sur les prix qui reigne actuellement est la conséquence de cette situation: pour rendre la mariée plus belle il faut à tout prix gagner des clients, que ce soit rentable ou non; en tant qu’opérateur historique, Swisscom est le plus sous pression. Mais un point qui classe encore plus Swisscom du côté des gagnants c’est la question politique: sans véritable concurrent en face, Swisscom est le coupable idéal à tous les maux! Si la fusion entre UPC et Sunrise aboutit, la plupart des arguments avancés aujourd’hui politiquement contre Swisscom sonneront à l’avenir bien creux!

Au niveau des perdants Salt remporte certainement la palme. Xavier Niels a acheté Orange Suisse à prix d’or en prévision d’une éventuelle concentration du marché. La consolidation tant attendue est cette fois bien là mais sans Xavier Niels! La situation de Salt n’est donc pas prête de s’arranger, tant sur le mobile que sur le fixe. Les petits opérateurs qui dépendent en grande partie de la régulation voient également leur avenir s’assombrir pour les raisons opposées à celles énoncées plus haut pour Swisscom par rapport aux décisions politiques.

Et ceux pour qui il faudra juger sur pièce!
Enfin, il y a ceux pour qui il est difficile de dire si cette fusion sera bénéfique ou pas. En premier lieu c’est les consommateurs! Ils bénéficient (du moins pour ceux qui veulent en profiter) depuis plusieurs années des conditions d’un marché où, comme je le disais plus haut, les opérateurs cherchent à gagner coûte que coûte des clients avec une vision uniquement à très court terme. Malgré toutes les promesses d’Olaf Swantee, il faudra juger sur pièce et voir quel sera le niveau des prix dans 5 ans! Dans cette même catégorie j’ajoute également les téléréseaux indépendants: si au niveau de la vente des services, ils sont plutôt à classer dans la même catégorie que Salt et les petits opérateurs telecoms mais grâce à leurs réseaux, ils pourraient très bien tirer leur épingle du jeu! Si comme le promet Sunrise, le réseau UPC sera utilisé à plein régime, dans les zones non desservies par UPC, Sunrise pourrait très bien plutôt opter pour une collaboration avec les téléréseaux indépendants plutôt que de continuer à louer le réseau Swisscom. Ce qui fait la richesse d’un opérateur c’est avant tout son réseau et à l’heure du déploiement de la 5G c’est encore plus le cas; la multiplication des antennes exige également un réseau fixe très bien desservi, ce qui pourrait aussi profiter aux téléréseaux.

C’est bien joli tout cela mais si avec la décision de la COMCO Sunrise a gagné une belle victoire d’étape, tout se jouera le 23 octobre prochain, date à laquelle les actionnaires devront se prononcer!

© pascal martin

Billets similaires:


/*

1 commentaire

  1. C’est quand même dommage que la COMCO n’a pas osé pour finir de demander en échange de la fusion, une libéralisation du réseau cablé comme en Belgique. ça aurait stimulé encore plus la concurrence

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives