Mobile: Le Conseil des Etats refuse d’augmenter les valeurs limites de l’ORNI

Très mauvaise nouvelle pour la compétitivité technologique de notre pays. Par une très courte majorité: 22 voix contre 21 et 2 abstentions, le Conseil des Etats a refusé cet après-midi d’augmenter les valeurs limites définies par l’ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) comme le demandait une motion déposée par la commission des Transports et des Télécommunications du Conseil des Etats. C’est la deuxième fois en moins de 2 ans que les sénateurs se prononcent sur ce sujet avec chaque fois un résultat très serré: 20 contre et 19 pour avec 3 abstentions en décembre 2016.

Des milliers d’antennes à construire
Comme dans les zones urbaines la plupart des sites émettent déjà aujourd’hui au maximum de la puissance autorisée, le déploiement de la 5G ne sera possible qu’au travers de la construction de milliers d’antennes supplémentaires. Cela signifie donc que déployer la 5G prendra beaucoup plus de temps et coûtera beaucoup plus cher. Paradoxalement, certains ont voté contre l’augmentation des valeurs parce les antennes de téléphonie mobile peuvent avoir un impact négatif sur la valeur de l’immobilier!?!

Combien d’opérateurs en 5G?
Cette décision aura certainement un impact sur la vente des fréquences 5G prévue par la Confédération cet automne. On imagine mal aujourd’hui que les trois opérateurs se lancent dans la course à la 5G, ce qui réduira sensiblement la concurrence.

Même si politiquement les interventions vont se multiplier sur ce sujet ces prochains mois, on n’imagine pas revenir une troisième fois avec la même question. Il faudra sans doute attendre l’arrivée du successeur de Doris Leuthard pour que les choses reviennent à nouveau sur la table. Peut-être même sans passer devant les chambres puisqu’une telle décision peut se prendre directement par le Conseil fédéral.

© pascal martin

EDIT 07.03.2018: Suite à la décision de lundi, le conseiller national PLR vaudois Fathi Derder pose la question au Conseil fédéral si vu l’urgence de la situation il va augmenter les valeurs limites ou pas.

Billets similaires:


/*

7 commentaires

  1. C’est vraiment n’importe quoi . Construire des milliers d’antennes à la place d’augmenter les valeurs de rayonnement…. Sans compter le nombre d’oppositions. On est pas prêt d’avoir un bon réseau 5G…et la 4G sera saturée… Ils ont une cerveau ou quoi ????

  2. Hmmmmmmm bah question conne mais bon augmenter le rayonnement ça va faire quoi??? Moins d’antennes ? Non car les antennes ont un nombre maximal d’utilisateurs… bref à nouveau c’est debile pour une à deux voix de différence ça fait presque 50% de déçus… au final on est le pays avec une des plus basse puissance, ça ferait pas de mal d’augmenter un poil…

  3. Et bien non Yannick… c’est justement la que l’augmentation de la puissance devient intéressante.

    l’intérêt principal de la 5G est justement de pouvoir avoir plus de bande passante partagée selon les utilisateurs et donc d’avoir plus d’utilisateurs sur un seul et même émetteur situé sur un pilier (a savoir qu’il y a plusieurs émetteurs par pilier)

    a la place on va faire quoi?

    bein on va construire de nouveaux piliers pour pouvoir fournir de la 5G a tous les périphériques qui en ont besoin. Mais avec l’IOT, ça commence a en faire du périphérique.

    revers de la medaille, avec tout le pognon que ça va couter d’implementer des antennes en zone dense, il est clair que les operateurs vont mettre une grosse priorité pour couvrir un max de population au détriment des zones de campagne qui elles vont garder le même signal pourri jusqu’a ce qu’enfin on vienne s’occuper d’eux.

    n’oublions pas non plus biensur les prix des abos qui ne seront toujours pas competitifs 🙂

    Perso ça me fait marrer de voir que j’ai une meilleure reception d’un signal operateur français a Soral en suisse qu’avec un operateur suisse ;).

  4. Pour une fois la santé a primé sur les intérêts économiques. Bravo au Conseil des États pour son courage.

  5. mmmm pas une bonne nouvelle effectivement.

  6. Hooo c’est pas bien grave …. je parie que dans 2 ans Max , on va pouvoir capter la 5G des réseaux français, en plein centre ville Genève,, .. entre autres villes frontalières , ce qui est déjà le cas aujourd’hui avec la 4G , certains quartiers on une couverture 4G assez moyenne, tous opérateur CH, confondus , mais si on fait une recherche on peut facilement lconstater que les français sont bien présents avec un signal très souvent au Max , il y’a quelques années les communes genevoises , on demandée des explications aux opérateurs français, parce le niveau de radiation était trop élevé dans la commune (56 volts ) , la réponse à était vite arrivé pour leur dire que les antennes installés sur territoire français ,à quelques centaines de mètre de la frontière suisse ,correspondaient aux normes EU.
    En gros les villes frontalières doivent subir le niveau de radiation des opérateurs EU et la fermer ….. quelle dommage que la ville de Bern ne ce trouve pas en zone frontalière.. vraiment dommage,,,,,,,,
    Désolé pour le français

  7. J’ai envie de dire que c’est une bonne décision pour le peuple malgré le fait que le conseil des États l’a semble-t-il prise pour des raisons économiques.

    Effectivement Pascal, une antenne sur un immeuble va non seulement affecter la valeur de ce dernier (mais il touche un loyer des opérateurs) mais aussi celle des immeubles alentours qui n’ont rien demandé, car certaines personnes n’ont pas spécialement envie de dormir à côté d’une antenne de 3kW (avec les limites actuelles) malgré le fait qu’ils pourraient bénéficier d’une réception maximum…

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives