Fibre optique: la Suisse bien placée mais attention danger!

En matière de haut-débit la Suisse est extrêmement bien placée, l’étude «Broadband Coverage in Europe 2017» de la Commission européenne le confirme d’ailleurs encore une fois. Si l’on considère le nombre de connexions d’une capacité de plus de 100 Mbits/s la Suisse se place en effet avec plus de 98% au deuxième rang européen; seul Malte fait mieux. A titre de comparaison, l’Autriche est à moins de 60%, la France à moins de 40% et l’Italie dépasse à peine les 20%. Si l’on considère uniquement les vrais raccordements FTTH là aussi la Suisse n’est pas mal placée. Avec 29.5% de foyers raccordés, la Suisse se trouve également au-dessus de la moyenne de l’UE (26.8%).

Ces résultats sont dûs avant tout à la guerre avec d’un côté Swisscom et les opérateurs télécoms alternatifs et de l’autre les câblo-opérateurs. Depuis quelques années, cette concurrence a été encore exacerbée par l’arrivée de villes et d’entreprises électriques qui déploient des réseaux entièrement en fibre optique (FTTH). On constate qu’en misant sur la concurrence sur les infrastructures la Suisse a opté pour la meilleure des régulations.

Ne pas se reposer sur ses lauriers!
Mais attention, ces chiffres ne signifient pas que le travail est terminé, bien au contraire. Si la Suisse est si bien classée c’est parce que dans certaines villes et communes bien desservies le consommateur a le choix entre plusieurs raccordements très haut-débit, parfois même plusieurs lignes FTTH! A l’opposé, de nombreuses communes ne peuvent se connecter encore aujourd’hui qu’au travers du réseau cuivre de Swisscom avec des vitesses inférieures à 20 Mbit/s; si l’opérateur historique annonce vouloir raccorder l’ensemble des communes au très haut-débit d’ici 2021 il reste encore beaucoup de boulot.

Pourquoi changer quelque chose qui fonctionne bien?
Dans la dynamique actuelle la concurrence sur les infrastructures continuera à s’étendre sur le territoire; on constate encore et toujours que lorsqu’un opérateur investit dans une commune, Swisscom est tout d’un coup très vite intéressé à moderniser également son réseau. Comme j’ai déjà eu l’occasion de le développer plusieurs fois je suis d’avis qu’il serait très dangereux pour les régions aujourd’hui mal desservies de vouloir modifier les conditions d’accès au réseau. Une modification de la loi stopperait immédiatement les investissements dans les infrastructures par les câblo-opérateurs et les entreprises électriques. L’amortissement des investissements dans les réseaux se calcule sur le long terme soit sur 20 ou 30 ans; comment consentir de tels investissements en étant à la merci de décisions purement politiques; sans même savoir si ces investissements pourront être rentabilisés?

De son côté Swisscom utilisera tous les moyens à disposition pour faire traîner juridiquement les choses de nombreuses années et investira uniquement dans les zones où ils seront mis en danger par la concurrence. On constate d’ailleurs la vision à très court terme de certains opérateurs alternatifs qui veulent absolument pouvoir gagner quelques francs de plus sur les raccordements disponibles aujourd’hui (moins de 30% en FTTH) alors que même pour eux il ne serait que bénéfique de pouvoir augmenter le nombre de clients potentiels au travers d’une extension du réseau.

La position de la ComCom totalement incompréhensible!
Si je peux tout à fait comprendre que certains voient dans une modification de la loi du positif, surtout ceux qui se concentrent uniquement sur les prix et la défense des consommateurs et pas sur l’aspect technologique j’ai beaucoup plus de peine à comprendre la ComCom. Alors que la commission devrait favoriser le déploiement du très haut-débit sur l’ensemble du territoire, sa position et son militantisme pour une modification des conditions d’accès au réseau sont totalement incompréhensibles. C’est vraiment à se demander si ils sont si nostalgiques des monopoles du passé et craignent de ne plus avoir assez de travail pour les fonctionnaires de la Confédération. Cette position est d’autant plus étonnante que les prix pratiqués par les concurrents de Swisscom prouvent à merveille que même sans régulation supplémentaire ils peuvent être compétitifs y compris sur le réseau FTTH de Swisscom. De plus, comme le démontrait d’ailleurs très bien la semaine dernière Sunrise, la 5G permettra plus que jamais à l’avenir d’intensifier la concurrence y compris dans les zones aujourd’hui défavorisées en matière de réseau fixe!

Espérons donc que nos politiciens fassent preuve d’un minimum de bon sens!

© pascal martin

Billets similaires:


/*

6 commentaires

  1. Très étonné de lire que 98% des connexions sont capables de plus de 100mb/s.
    Ca ne semble pas du tout être le cas en Suisse, vu le nombre de personnes bloqués en XDSL avec 5-40mb/s max.
    Ces chiffres viennent d’où ?

  2. Il n’y a a bien entendu pas 98% des connexions qui dépassent les 100 Mbits/s , tout est expliqué dans le billet. Les différentes technologies se cumulent. Le but est avant tout d’avoir une idée du positionnement de la Suisse par rapport aux pays voisins.

    http://www.glasfasernetz-schweiz.ch/GLAS/media/GLASMediaLibrary/Medienmitteilung%202018/Broadband-Coverage-in-Switzerland-2017.pdf

    http://ec.europa.eu/newsroom/document.cfm?doc_id=47093

    https://ec.europa.eu/digital-single-market/en/news/study-broadband-coverage-europe-2017

  3. Peut-on dire que cela fonctionne bien ?

    En regardant la situation du canton de Neuchatel, pas sur que cela fonctionne si bien pour ses habitants, là bas point de FTTH, pas d’électricien ou de SI avec des projet de FTTH, et les finances publiques neuchâteloises ne permettent pas d’investir dans ce domaine.

    Quand à Swisscom il fait juste le nécessaire pour pérenniser ses ancestrales lignes de cuivre.

    Lors de la sortie de Fiber Salt, des articles parus dans le Blick donnaient en avant gout de la nervosité de certaines régions du pays qui craignent la fracture numérique entre régions très (trop) bien desservies et d’autres en rade, ce n’est même pas un phénomène ville – campagne, il y a des villes et des villages en FTTH, et des villes comme Neuchatel sans projet fibre, rien.

    Ensuite il y a des endroits sans aucune concurrence possible avec uniquement le cablos qui permet de bonnes connexions, qu’en penser ?

    Alors cela fonctionne-t-il bien ou mal en Suisse, à voir où on se place et comment on raisonne … alors attention danger comme vous dites !

  4. Swisscom sort à l’instant une carte interactive du haut débit pour 2021

    https://www.swisscom.ch/fr/about/entreprise/portrait/reseau/carte-extension-reseau-fibre.html

    A méditer la mention pour une ville comme Morges : « l’extension du réseau est encore à l’étude un débit de 80 Mbit/s à 1Gbit/s est prévu »

    C’est 12,5 fois plus … ou moins … à choix !

    Si ce n’est pas de la fracture numérique, j’attends des explications de Swisscom…

  5. Voici un article intéressant de issu de la Weltwoche, trouvé via sur le forum suisse alémanique digi-tv.ch
    https://www.digi-tv.ch/topic/12643-fiber-ausbau-in-der-schweiz/?page=9
    -> voir le message posté par « millernet » le 28 juin. et ensuite le lien pointant sur google-drive…

    Les suisses allemands semblent bien moins passif que nous autres romands sur la politique pro cuivre versus « mise au placard » du FTTH prônée par Swisscom depuis la mort du visionnaire Carsten Schloters et la reprise par le rigide Urs Schaeppi

  6. Oui il y a plusieurs voix qui s’élèvent outre Sarine, en particulier celle de Fredy Künzler le patron d’Init7.

    D’ailleurs il ne s’agit pas d’un article de la Weltwoche mais d’une tribune libre du patron d’Init7 justement.

    Par contre je ne suis pas certain qu’il soit judicieux de mettre en opposition Urs Schaeppi avec Carsten Schloter.

    Schloter avait pour stratégie de supprimer la concurrence sur les infrastructures avec les câblos opérateurs en construisant un réseau unique à 4 fibres en partenariat avec les électriciens et les câblos. Sa stratégie n’as pas aboutie (seul Lausanne et quelques tout petits câblos l’ont suivi) donc Swisscom doit développer son réseau FTTH seul et en concurrence avec les téléréseaux; je ne suis pas certain que si Schloter était là aujourd’hui la stratégie de Swisscom serait différente.

    L’amélioration du cuivre permet d’apporter des vitesses de connexion correctes au plus grand nombre possible, ce choix est avant tout favorable aux régions mal desservies. Dans ces zones, si Swisscom ne faisait que poser de la fibre cela signifierait devoir se contenter du VDSL de base pour encore 10 – 20 ans. Par contre, il est vrai que ce choix désavantages les zones un peu entre les deux puisque si Swisscom décidait de ne plus rien investir dans le cuivre elles verraient arriver le FTTH chez elles plus rapidement.

    Il faut aussi relever que l’arrivée de la 5G va doper la concurrence dans les zones mal desservies en fixe; le but tant pour un opérateur que pour les consommateurs n’est pas de jeter l’argent par les fenêtres en déployant de la fibre optique si cela n’est pas nécessaire.

    Et on parle bien dans ce billet de politique et ce n’est en aucun cas la régulation qui accélérait le déploiement de la fibre optique sauf le but est d’augmenter les prix.

    Aujourd’hui en utilisant le réseau Swisscom sans régulation, Salt réussi à proposer des offres plus de 50% moins chères que les concurrents. Le but du changement de loi est de faire baisser le prix d’accès au réseau. Avec quoi paiera-t-on le développement du réseau fibre ensuite? D’autant plus que UPC (qui dispose de son propre réseau) exige d’être traité à égalité par rapport aux opérateurs alternatifs tels que Sunrise, VTX, Salt, etc qui eux ne disposent pas de réseau. Si la loi change les petits câblos seront morts et avec eux la concurrence sur les infrastructures! Et à moyen terme même les petits opérateurs issu des telecoms n’auront plus aucune chance non plus; ce qui serait vraiment dommageable tant pour la concurrence que pour les innovations technologiques.

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives