Changement de CEO chez UPC Suisse

Dès le 1er septembre prochain, Severina Pascu (45 ans), anciennement Chief Operating Officer de UPC Suisse succèdera à Eric Tveter (59) qui endossera le rôle de Chairman pour UPC Suisse et sera maintenant responsable des affaires de Liberty Global pour l’Europe centrale et de l’Est (CEE).

Severina Pascu a durant les dix dernières années occupé de nombreux postes de direction dans le secteur des télécommunications et a dirigé différentes sociétés de Liberty Global. De par ses activités en tant que COO chez UPC Suisse, elle connaît déjà très bien le secteur suisse des télécommunications; elle sera directement subordonnée à Mike Fries, CEO de Liberty Global, ainsi qu’à Eric Tveter. Après 9 ans à la tête d’UPC Suisse ce dernier sera quant à lui, chargé des affaires dans la région CEE en tant que CEO et sera responsable de la planification stratégique et du Stakeholder Management en tant que Chairman de UPC Suisse.

Vendre ou s’agrandir?
Après la vente des sociétés en Autriche, en Allemagne, en République tchèque, en Hongrie et en Roumanie, Liberty Global a décidé de séparer les affaires suisses de l’ancienne structure d’Europe centrale et de l’Est. Tout reste donc ouvert quant à avenir d’UPC en Suisse; le changement annoncé aujourd’hui permet à Eric Tveter de ne plus être directement impliqué dans les affaires suisses et de lui offrir ainsi plus de liberté pour définir l’avenir du plus grand câblo-opérateur du pays.

Quoi qu’il en soit, mis à part en ce qui concerne l’erreur commise avec la création de MySports, Eric Tveter restera dans l’histoire comme celui qui a réussi à remettre UPC sur la bonne voie et ceci dans la période très délicate de la fin de la télévision analogique et l’arrivée de Swisscom sur le marché de la télévision.

© pm (c)

Billets similaires:


/*

4 commentaires

  1. Pourquoi la création de MySports est une erreur, vous pouvez développer svp?
    Merci

  2. Financièrement la perte se chiffre en millions…

  3. Le nouvelle CEO est d’origine roumaine, précédemment à la tête de UPC Roumanie, est ce une personne de transition avant la vente ou le démantèlement ? Sinon je vois que la simple poursuite du job du CEO sortant.

    Quel est la marge de manœuvre du CEO de UPC en Suisse, les ficelles ne sont-elles pas tirées depuis les bureaux de Global-Lirerty ?

    Mis à par vendre, vous évoquer le terme de « grandir » Pascal, mais diable comment, les autres cablos ne sont pas à vendre, les régions sans téléréseaux vont le rester (investissement énorme …), et Autostrada ne va pas permettre des miracles, un client Citycable ou Netplus n’a pas vraiment avantage à passer chez UPC, et même faut-il que le ou les propriétaires d’immeubles laissent entrer le « loup » (sauf si FTTH présent).

    Cela n’apporte pas de plus-value à un bien immobilier de raccorder UPC à un immeuble déjà connecté à un autre téléréesau, cela peut même empoisonner la vie d’un copropriétaire qui vend son bien, avec le contrat UPC … ?

  4. Grandir = racheter ou fusionner avec Sunrise ou Salt par exemple.

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives