Après le roaming, l’Europe veut réduire la facture des appels intra-européens | scal.ch

Après le roaming, l’Europe veut réduire la facture des appels intra-européens

Le Parlement européen veut profiter d’une refonte des lois sur les télécommunications pour plafonner le prix des appels internationaux au sein de l’UE. Il faut dire que depuis la suppression du roaming l’an dernier, de nombreux consommateurs sont un peu perdus et ne comprennent pas ce qui est payant ou ne l’est pas.

En effet depuis juin 2017 un Européen en voyage dans l’UE paie le même prix que lorsque qu’il est dans son pays d’origine que ce soit pour téléphoner ou surfer sur le Net. Cela signifie par exemple que lorsqu’un allemand voyage en Europe il pourra par exemple appeler l’Espagne ou n’importe quel pays Européen sans surcoût alors que lorsque qu’il est chez lui un appel vers l’Espagne sera cette fois payant.

Dans un accord provisoire entre Parlement et les Etats membres de l’Union européenne signé dans la nuit de mardi à mercredi il est prévu que le prix des appels intra-européen sera plafonné à 19 centimes d’euro par minute et celui des SMS sera à six centimes d’euro. D’après une étude de la BEUC (Organisation européenne de défense des consommateurs), le prix d’un appel entre pays de l’UE est actuellement compris entre 5 et 80 centimes d’euro par minute.

Avantages et inconvénients
Tout comme pour la suppression du roaming l’an dernier, ce projet de loi a des avantages et des inconvénients. Si pour le roaming une intervention politique est utile du fait que le consommateur est malheureusement pris en otage entre deux opérateurs qui n’ont tout deux aucun intérêt à faire baisser le prix, les choses sont un peu différentes sur le marché des appels internationaux puisque le consommateur va choisir son fournisseur d’après les prix qu’il propose pour les destinations qui lui sont utiles.

Plutôt que de réguler aussi le prix des appels internationaux, il aurait donc été plus judicieux que la loi sur le roaming offre exactement les mêmes prestations en voyage que lorsque l’on est chez soi, c’est à dire que lorsqu’un européen se trouve dans un pays de l’UE il ne puisse appeler uniquement son pays d’origine et le pays dans lequel il se trouve et pas l’ensemble des pays de l’UE.

La façon de fixer le prix des plafonds est également discutable. Au sein même de l’UE il y a des différences de prix très importantes d’un pays à un autre; fixer des plafonds identiques pour toute l’Europe que ce soit pour les GO d’Internet ou des minutes/SMS est néfaste pour la concurrence entre opérateurs et influe directement sur le prix des forfaits locaux. Plutôt que de fixer des prix identiques pour l’ensemble de l’UE il aurait donc mieux valu décider tant pour le roaming que pour les appels internationaux que les prix en Europe ne peuvent pas par exemple dépasser de 20% les prix locaux proposé par chaque opérateur.

Dernier problème et pas des moindres: aujourd’hui les déplacements et les échanges, que ce soit pour le travail ou les loisirs, ne se cantonnent de loin pas à l’Europe. Les opérateurs le savent très bien et ils ne font que reporter le manque à gagner dû à la régulation au sein de l’EU en augmentant le prix vers les autres destinations.

© pascal martin

Billets similaires:

Tags: ,

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives