Mobile: UPC fait fort et supprime le roaming pour de vrai

Petite bombe ce matin avec l’annonce du lancement par UPC d’abonnements mobiles ne faisant aucune différence entre l’utilisation en Suisse ou en Europe. Ils seront valables dès le 28 juin; juste avant le début des vacances.

Pour 6 francs de plus par mois par rapport aux abonnements actuels, UPC propose trois plans tarifaires dont les prestations sont valables tant pour une utilisation en Suisse qu’en Europe. En pratique cela signifie que pour appeler ou recevoir des appels, envoyer ou recevoir des SMS, il n’est pas nécessaire de se poser la question du roaming puisque que cela ne change rien. Idem pour le surf sur Internet, les 1000, 4000 ou 10000 MB sont utilisables autant en Suisse qu’en Europe; par contre au-delà de son quota mensuel, le prix des packs roaming restent élevés à 15 francs les 250 Mo.

Abonnements toujours disponibles aussi sans roaming
On relève également au passage que UPC proposera toujours ses abonnements mobiles sans roaming et c’est une très bonne chose de laisser le choix au client. Personnellement, je préfère que chaque consommateur paie ce qu’il consomme à un tarif correct plutôt que de faire payer à tout le monde des prestations que beaucoup n’utilisent pas.

UPC anticipe l’arrivée de Salt
Cette offensive d’UPC sur le mobile est clairement liée à la prochaine arrivée de Xavier Niel sur le réseau fixe cet automne. Les câblo-opérateurs sont en effet les premiers concernés par le futur lancement d’offres TV/Internet par Salt. Une bonne partie des clients mobiles de Salt sont aujourd’hui client d’UPC ou d’un autre téléréseau pour la TV et l’Internet. Il est donc urgent pour UPC aujourd’hui d’attirer ces consommateurs sur ses propres offres mobiles et ainsi éviter que prochainement ils soient tentés de regrouper tous leurs services (TV/Internet/Mobile…) chez Salt.

Sunrise plus du tout concurrentiel
Comme déjà dit plusieurs fois, à vouloir absolument faire migrer ses clients mobile vers One, Sunrise n’est aujourd’hui plus du tout concurrentiel. Personnellement, je paie 65 francs par mois chez Sunrise pour un abonnement illimité; pour 5 francs de plus je peux migrer chez Swisscom roaming compris avec une vitesse de 20 Mbit/s mais qui me suffit amplement et chez UPC pour exactement le même prix je ne paie plus du tout de roaming non plus; et avec Salt j’économiserais encore plus d’argent. Je me laisse jusqu’à l’automne pour savoir quel opérateur choisir.

Quoi qu’il en soit, UPC montre aujourd’hui qu’il faudra compter avec lui sur le mobile aussi!

© pascal martin (c)

Billets similaires:


/*

22 commentaires

  1. Netplus doit sortir au plus vite une solution mobile, plus cela traine plus il deviendra difficile de récupérer les clients partis et avec quel opérateur pourra-t-il conclure ce deal, pour cela il faut être deux, et le risque de rater le dernier train augmente …
    L’équivalent Suisse alémanique de Netplus (quickline) a déjà fait le pas de l’offre mobile.

  2. @ Pascal

    Je ne sais pas si UPC peut faire de l’ombre à Salt car rappel-toi qui loue les infrastructures antennes à UPC ?

    S’ils n’ont plus d’antenne UPC ils vont faire quoi ?

  3. Cela ne change pas grand chose pour UPC parce qu’ils utilisent leur propre infrastructure mis à part pour ce qu’on pourrait appeler le « dernier kilomètre »; ils pourraient d’ailleurs changer de réseau un jour ou l’autre.

    De plus, les opérateurs réseau n’ont pas le choix que d’ouvrir leur réseau à des fournisseurs de services sans réseau mobile tels que les téléréseaux. Dans le cas ou aucun accord ne serait trouvé avec Swisscom, Sunrise ou Salt, il suffit d’aller frapper à la porte de la ComCom pour exiger d’avoir accès à un réseau mobile qui plus est, à un prix régulé défini par la ComCom. Cela répond d’ailleurs également à la remarque de Tricoline ci-dessus.

    Mais on en est vraiment pas là, que ce soit dans le fixe ou le mobile, mis à part les tous petits opérateurs, les autres ne sont guère intéressés par plus de régulation. Ils font donc en sorte de l’éviter au maximum.

  4. Merci pour l’info mais si j’ai bien compris en lisant les petites lignes dans le roaming n’est compris que, par exemple, en France vers la France et non
    CH vers FR
    FR vers CH
    FR vers autre Europe

  5. En sommes, vous payez exactement la même chose que vous soyez en Suisse ou en Europe. Les appels vers la Suisse sont compris ou que vous vous trouviez en Europe tout comme les appels à l’intérieur du pays visité; par contre les appels vers les autres pays sont eux payants.

    Cette façon de faire est beaucoup plus logique que ce qui a été décidé par l’UE (un français paie pour appeler en Allemagne, par contre il ne paie plus si il va faire cet appel en Belgique, cela n’a guère de sens).

  6. Un article très interessant montre effectivement les prix super bas de UPC comme quoi parfois il faut faire attention à ce qui brille ….
    http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/L-offensive-d-UPC-sur-les-frais-de-roaming-20184171

    Regarder les tarifs de téléphonie ?

  7. Je ne comprend pas vraiment votre commentaire, tant l’article que les experts Oliver Zadori et Ralf Beyeler disent que c’est très bien.

  8. Voici ce qui est écrit sur le site UPC:

    Les trois nouveaux abonnements Mobile Europe Flat 1000, 4000 et 10 000 de UPC comprennent 1000, 4000 ou 10 000 MB de données haut débit par mois, qui peuvent être utilisées en Suisse et dans l’UE. En plus des appels et des SMS illimités en Suisse, ces trois abonnements comprennent les appels illimités entrants et à l’intérieur du pays de l’UE concerné, ainsi que sortants vers la Suisse. Enfin, les clients profitent de SMS illimités depuis les pays de l’UE vers tous les réseaux suisses.

    Donc, appels inclus EU-CH, EU-EU (même pays), et appels entrants.

  9. Super, merci, beaucoup! C’est logique et c’est une très bonne nouvelle.

    Alors c’est confirmé par le service de presse, les appels à l’intérieur du pays visité sont compris.

  10. Et dans l’image il est marqué « Données illimitées en Suisse »… cela veut dire quoi exactement alors ?
    Un abo 4000 Europe a 4GB/mois en Europe et illimité en Suisse ? Ou c’est 4GB/mois en tout et le illimité c’est en vitesse réduite 64 ou 128kb/s ?
    Sinon pour les appels, c’est donc pour tous les appels dans tous les cas de figure (CH-FR, FR-CH, FR-FR, FR-IT,…) ?

  11. Le volume de donnée en CH est clairement indiqué selon le profil de chaque abo; au delà c’est fortement limité…

    Le reste on en a déjà parlé plus haut

  12. « Supprimer le roaming » ??? Je ne comprends pas trop votre optimisme, et je ne vois pas ça comme ça.

    On a une gamme d’abos « Swiss » qui n’intègre pas de roaming. On a l’équivalent nommé « Europe » qui reprend les conditions des abos « Swiss » en ajoutant un forfait limité de roaming voice+data (limité en volume pour le data), et en majorant le prix. Donc :
    – Non, le roaming n’est pas supprimé avec ces nouveaux abos. Il est payant mais au forfait.
    – Il me semble que d’autres opérateurs proposent le même genre d’abos depuis belle lurette (mais bien plus chers). UPC a juste été très malin en lançant ces abonnements au bon moment pour surfer sur l’actu de la (vraie) suppression du roaming dans l’UE.

    Mais malgré ces détails, il n’empêche que c’est une vraie baisse de prix et des conditions canons pour ceux qui en ont besoin 🙂

    On remarquera aussi que l’ancien abo UPC « Mobile Unlimited 1000 » coûtait 19.- (= 29 – 10) pour un client UPC qui avait aussi le fixe, alors que le strict équivalent « Swiss Flat 1000 » coûtera maintenant 29 Frs. Un beau 30% d’augmentation 🙂

  13. Ce qui est important vous le dites vous-même, il s’agit d’une « vraie baisse de prix ». Et vous relevez quelque chose d’intéressant en disant « pour ceux qui ont en besoin ».

    Avec une différence de 6 francs, on peut clairement dire que c’est comme supprimer le roaming, si le roaming coûtait 6 francs ce ne serait certainement pas un sujet de discussion. Par contre il est clair que le temps passant la différence deviendra plus grande entre les abonnements avec ou sans roaming. Mais au moins, ceux qui on en pas besoin ne seront pas forcés de payer du roaming. Parce qu’on 2017, nombreux sont les consommateurs qui sont conscient que le gratuit n’existe pas.

    C’est d’ailleurs exactement ce qui est en train de se passer dans l’UE les opérateurs proposeront des offres sans roaming; comme le client pense au roaming uniquement au début de l’été avant de partir en vacances de reste de l’année il préfèrera opter pour un abonnement moins cher et continuera donc à payer son roaming. On se retrouvera exactement dans la même situation qu’avant le 15 juin à la différence près que la concurrence entre opérateur fonctionnera également sur les abonnements avec roaming.

    C’est d’ailleurs extrêmement regrettable que l’Europe n’a pas adapté la suppression du roaming à l’utilisation d’un client moyen style 30 jours par année de roaming compris, cela aurait évité l’arrivée d’abonnement sans roaming. Et je ne parle même pas de la stupidité d’inclure les appels entre pays d’Europe dans le roaming (le Français qui appelle en Allemagne paie son appel quand il est en France mais pas quand il est en Belgique). Dommage que les régulateurs nationaux n’ont pas eu plus de poids, les Européens auraient pu se retrouver avec quelque chose de bien.

  14. @ P@scal

    Ahah elle est bien bonne, donc pour vous « se retrouver avec quelque chose de bien » c’est être limité à 30 jours de roaming par année ? Et le fait de pouvoir appeler tous les pays de l’UE quand on est à l’étranger, c’est aussi une très mauvaise chose. Bien sûr, vivons bridé, vivons heureux !

    Et contrairement à ce que vous affirmez, il n’y a pas de forfait sans roaming, il n’y a que des forfaits avec ou sans data, comme avant. Si vous aviez lu le texte européen correctement vous auriez noté que la quantité de data disponible en roaming est directement relié au prix du forfait pour obtenir le minimum légal. Aujourd’hui pour un forfait à 20€, le calcul est le suivant : 16,67 € HT / 7,7 € = 2,16Go par mois. Appels et SMS identique dans le pays d’origine et en Europe. La Suisse a de la marge avant d’en arriver là, UPC inclus.

    Un lien qui explique tout très clairement : https://www.igen.fr/telecoms/2017/04/fin-du-roaming-selon-votre-forfait-calculez-la-quantite-de-donnees-utiliser-sans

    La prochaine fois renseignez vous, c’est le minimum quand on écrit sur un site spécialisé.

  15. Merci beaucoup pour vos conseils 🙂

    Personnellement je suis pour le principe que le consommateur paie ce qu’il consomme, ce n’est pas logique que tout le monde doivent payer pour des prestations qui ne sont utilisées que par quelques uns. Pour rappel, les frais de roaming ont été supprimés que pour les consommateurs, les opérateurs continuent à se facturer le roaming et ne font pas de cadeau. Avec une limitation de 30 jours par mois cela permet que le client moyen qui part une ou deux fois par année ne doive pas supporter des prix prohibitifs. Par contre ce client n’aura pas a payer pour celui qui voyage chaque week-end et veut que tout soit compris dans son forfait.

    Idem pour les appels en Europe, ces appels doivent être payés par ceux qui les utilisent pas par Monsieur tout le monde, qui désire simplement appeler son pays d’origine et faire quelques appels dans le pays où il se trouve pour réserver un resto, etc.

    Les forfaits sans roaming existent déjà en Allemagne et croyez-moi ils vont se généraliser, que ce soit sous forme d’offres spéciales à la Salt ou même dans les offres permanentes. D’ailleurs, le règlement de l’UE précise bien:

    Les opérateurs peuvent également proposer des contrats sans services d’itinérance, ou des contrats d’itinérance spécifiques, avec des tarifs qui ne sont pas couverts par la réglementation de l’itinérance aux tarifs nationaux (en cas d’itinérance en dehors de l’UE par exemple), mais ces options doivent être spécialement choisies par le client. Les opérateurs mobiles étant libres de proposer des tarifs plus avantageux, il est conseillé de comparer les offres pour trouver celle qui répond le mieux à vos besoins spécifiques.

    http://europa.eu/youreurope/citizens/consumers/telecoms-internet/mobile-roaming-costs/index_fr.htm

    D’ailleurs ce sera les consommateurs les premiers qui seront demandeurs de ce genre de forfaits! Pourquoi les clients qui ne voyagent rarement soit moins d’un mois par an (d’autant plus que la plupart des Européens voyagent nettement moins que les Suisses) devraient payer pour ceux qui voyagent tout le temps? C’est totalement discriminatoire.

    Le calcul du data que vous mentionnez a déjà été évoqué sur ce blog à plusieurs reprises et il ne concerne pas les offres sans roaming:
    https://www.scal.ch/2017/mobile-baisse-de-prix-des-pack-roaming-chez-swisscom/#comment-82699

    Voici un lien intéressant qui parle de cette problématique:

    http://www.handelszeitung.ch/unternehmen/wie-eu-telekomfirmen-das-roaming-aus-kompensieren-1422634

    Donc oui malgré ce que vous pouvez penser, avec des conditions plus restrictives comme une limite de 30 jours, les coûts engendrés auraient très bien pu être supportés par les opérateurs (et donc par les clients qui paient les forfaits) sans que les consommateurs qui ne voyagent pas régulièrement doivent payer beaucoup plus cher leur forfait mobile. Ce qui n’est pas du tout le cas avec la loi actuelle; les 1,2 milliards (chiffre officiel annoncé par l’UE) perdus par les opérateurs seront compensés par une augmentation des prix vers les destinations hors UE (dont la Suisse) et par une augmentation des forfaits indigènes. Ce n’est pas plus compliqué que ça!

    Ne pas proposer des forfaits sans roaming c’est exactement comme supprimer toutes les offres à 1, 5, 10 Go pour obliger les consommateurs à opter pour un forfait illimité à meilleur prix alors qu’ils n’en veulent pas! Donc tant mieux si les clients peuvent choisir si ils désirent un forfait avec du roaming ou sans et j’espère bien que ce sera le cas en Suisse aussi, sur le même modèle que les abonnement lancées par UPC cette semaine!

  16. Je change un peu le nom, car il y a un autre lecteur qui a choisi « MG » comme pseudonyme.

    Le système des « jours de roaming par année » est un desavantage pour ceux qui habitent près d’une frontière.

    Si on habite à Genève, c’est normal de passer quelques heures en France plusieurs fois par mois, sans pour autant y aller vraiment en vacances.

    Une solution pour ce problème serait de ne pas compter comme « jour de roaming » ceux où on se connecte aussi au réseau propre de la SIM.

    Quant à la loi éuropéenne: peut-être il sera possibile d’offrir des contracts sans roaming du tout (même pas avec une forte surcharge, mais complètement banni), mais je doute qu’il sera possible d’en offrir avec roaming possible mais non inclus. Sinon, c’est tout le concept de fond des lois du roaming qui deviendraient inutiles.

  17. @MG-1
    Merci bien pour la remarque pour les frontaliers, effectivement il s’agit d’un cas qui doit être traîté différemment qu’avec un certin nombre de jours.

    Vous avez raison aussi qu’il ne sera peut être pas possible d’avoir du roaming payant avec les offre sans roaming compris. Mais ce n’est pas grave, c’est même mieux, ces clients pourront souscrire à des offres que proposeront les opérateurs locaux (ou d’autres entreprises qui se lanceront sur ce crénaux). D’un points de vue concurrence c’est très bien; ces offres ont d’ailleurs été freinées par la mise en oeuvre de la loi européenne.

    Edit:21h45 renseignement pris, les opérateurs peuvent proposer des offres sans roaming compris et en le facturant en sus si le contrat le stipule précisément. C’est d’ailleurs ce que laisse sous-entendre le point « Autres contrats » du documents ci-dessous:

    http://europa.eu/youreurope/citizens/consumers/telecoms-internet/mobile-roaming-costs/index_fr.htm

  18. Il n’y a pas que les frontaliers. Il y a aussi ceux qui vont faire leurs courses à l’etranger, ou tout simplement y transitent (Geneve-St Gingolph via la France, Brigue-Locarno via l’Italie, …). Le système de Swisscom convient parfaitement seulement si on vit à Sion ou à Lucerne, pas à Geneve, Bâle ou Lugano.

    Une autre solution raisonnable aurait été quelque chose style « 10% des appels-SMS-data du forfait national utilisables gratuitement en roaming, et un prix limite pas trop haut si on va au délà de ces limites ». À cette formule on aurait pu ajouter les appels depuis son propre pays vers l’etranger (toujours le 10% du forfait), qui ne sont pas concernés par la normative europeenne.

  19. @cédric

    Et la marmotte elle met le papier d’alu autour du chocolat?

    Si tu veux quelque chose tu paies, je vois pas pourquoi je paierais pour toi

  20. @Cédric

    Vous n’avez pas bien lu vous aussi.
    C’est le montant du forfait divisé par 7.7= résultat X deux Ce au fait :
    16,67 € HT / 7,7 € = 2,16Go X 2= 4,33go

  21. Je tenté d’obtenir quelque chose pour un futur voyage en France cet été de la part de Salt (qui ne tente rien…), mais le support ne peut apparement rien faire, même pour des clients de longue date : seule les options habituelles de « Go Europe » + 39.- le GB sont disponibles, dommage pour ce manque de flexibilité, ce serait pourtant encore le bon moment pour réagir…

    Bref, ce sera à nouveau jonglage avec un bidule MiFI et un forfait Let’s go d’orange.fr (40 EUR les 5 GB, il y a sans doute moins cher mais il faut une adresse sur place etc.). Ou alors peut-être quand même une carte UPC, je viens de voir qu’elles étaient disponibles aussi sans engagement.

    Bel été ! 🙂

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives