Téléphonie mobile: la puissance des antennes devrait pouvoir être augmentée

Bonne nouvelle ce matin non seulement pour les opérateurs mais pour tous les utilisateurs de smartphone ou d’Internet mobile. Par 96 voix contre 89 et trois abstentions le Conseil National a en effet accepté une motion demandant d’adapter vers le haut les valeurs limites d’émission des antennes de téléphonie mobile. C’est maintenant au tour du Conseil des Etats de se prononcer.

Les valeurs limites en vigueur dans notre pays sont près de 10 fois inférieures à celles valables dans les pays voisins. L’impact économique est évidemment important vu qu’il faut construire beaucoup plus d’antennes mais cela a également des conséquences sur les batteries des smartphones ainsi que sur leur puissance d’émission.

Nous vivons actuellement dans un paradoxe où nous voulons tous pouvoir surfer sur le Net quel que soit l’endroit où l’on se trouve mais où personne ne veut d’antenne à proximité de son domicile, de son lieu de travail ou de l’école de ses enfants. C’est d’autant plus illogique qu’avant de subir la pollution électromagnique des antennes, nous subissons d’abord celle de nos smartphones et autres objets connectés. Et qu’en plus, plus le réseau est faible, plus la puissance d’émission de notre smartphone sera élevée.

Souhaitons donc que le bon sens l’emporte et que le Conseil des Etats accepte également cette motion.

A noter encore que le National a également approuvé par 94 voix contre 90 un postulat de commission qui demande au Conseil fédéral d’examiner dans le cadre de la loi sur l’aménagement du territoire des mesures visant à simplifier et accélérer les procédures d’octroi du permis de construire pour les antennes de téléphonie mobile.

© pascal martin

Billets similaires:


/*

29 commentaires

  1. Les limites en vigueur sont 10 fois inférieures et non supérieures. 🙂

  2. Merci!

  3. Je pense qu’il y a erreur: si avoir une antenne plus près permet effectivement au téléphone d’émettre moins fort (ce qui est bien pour la batterie et le rayonnement), avoir une antenne plus puissante ne change strictement rien. Au contraire, une antenne plus forte permet une plus grande distance avec le téléphone, qui en retour devra émettre plus fort…

  4. Evidemment que cela change, il sera possible de mieux répartir la charge entre les différentes technologies, avoir de la marge pour la 5G ou partager avec un concurrent des sites qui sont aujourd’hui au maximum (6000 sur 15’000).

    Les opérateurs ne vont pas démolir des antennes, je doute que la distance entre le client et l’antenne la plus proche va augmenter à l’avenir.

  5. Quand je pense que en plein centre Genève, on arrive à avoir orange fr en 4G au max….

  6. Très bonne remarque…

  7. C’est compliqué comme débat. Aujourd’hui nous disposons d’une bonne couverture grâce à une densité d’antenne très forte, notamment à cause de ces normes d’émissions strictes.
    Que va-t-il se passer si ces normes s’assouplissent? Dur à dire:
    – Les opérateurs vont améliorer la couverture en « poussant » la puissance et mainetnir une forte densité d’antennes: dans ce cas, c’est effectivement tout bénéf!
    – Ou alors, ils vont simplement augmenter la couverture, sans nouvelles antennes, ce qui va déteriorer les débits, l’usage des batteries, etc.
    En ces temps difficiles pour l’ARPU des opérateurs, que vont-ils choisir? Question ouverte…

  8. C’est dramatique – ces valeurs moins élevées faisaient toute la valeur de ce pays, mais au moins même ces politiques seront arrosés (sans doute souvent moins que nous en ville).

  9. Evidemment que cela change, il sera possible de mieux répartir la charge entre les différentes technologies, avoir de la marge pour la 5G ou partager avec un concurrent des sites qui sont aujourd’hui au maximum (6000 sur 15’000).

    … ce qui permet d’anticiper un nombre croissant de clients mais ne diminue pas la puissance d’émission nécessaire sur le téléphone du tout.

    Les opérateurs ne vont pas démolir des antennes, je doute que la distance entre le client et l’antenne la plus proche va augmenter à l’avenir.

    Effectivement, mais cela va ralentir la densification du réseau. Or, c’est justement cette densification (par opposition à l’augmentation de puissance) qui réduit la puissance nécessaire côté téléphone. Je maintiens qu’il y a confusion…

  10. Cela ne va diminuer la densification mais au contraire de se mettre à plus d’un opérateur sur le même site. Cela permettra aussi d’avoir plus de puissance total à disposition que l’on pourra mieux répartir entre technologie au lieu de préférer une technologie par rapport à une autre car pas assez de réserve de puissance. Avec ces limites il faut aussi limité toutes les technologie ou en supprimer une pour avoir un signal utilisable entre 500m et 1km. La densification est là pour décharger les antennes qui arrive à saturation, augmenter la puissance d’un site ne va pas résoudre et éviter de construire un site mais va augmenter la pollution de fréquence en sachant que chaque utilisateur est un pollueur au niveau fréquence et de ce fait va faire diminuer les débits disponible.
    Il n’y qu’a voir lors d’un event style Paléo avec le nombre d’utilisateur. Il y a plusieurs containers avec UMTS et LTE pour couvrir de petite zone afin d’absorber tout le traffic.

  11. Il ne faut pas comprendre largeur de bande (nombre de canaux différents possibles, qui détermine le nombre d’utilisateurs simultanés et la puissance du signal, qui détermine la distance. Je suis d’accord avec la seconde partie de votre argument, par contre.

  12. Il y a de sacrés docteurs pour pinailler sur les détails ^^

    Mais cela ne change rien au problème parce que ceux qui sont contre l’augmentation de la puissance sont de toute façon aussi contre la construction du réseau.

  13. Monsieur Martin,

    D’emblée une information que vous ne connaissez probablement pas : «Le niveau n’a pas été basé sur la science, il a été négocié entre les syndicats (industriels) et le gouvernement de l’époque» audition de Michael Repacholi, Commonwealth of Australia, Senate, Officiall Commitee Hansard, Electromagnetic radiation, 31 août 2000, p. 8. Michael Repacholi était président de l’IRPA, de l’ICNIRP et du département CEM de l’OMS, quand ces trois sociétés ont arrêté les normes dont s’est inspiré l’ORNI.

    Par ailleurs, il n’existe aucun pays au monde où les valeurs sont plus élevées que les limites définies en Suisses, soit 61 V/m en UMTS, sur la quasi-totalité du territoire.

    Enfin, celui qui utilise sont smartphone accepte de se faire exposer. Ce n’est forcément pas le cas de son voisin de chaise dans le bus ou le train par exemple. Il y a aussi une frange de la population qui ne veut pas de smartphone et qui reçoit le signal d’une antenne proche dans sa chambre à coucher. C’est une problématique similaire au tabagisme passif.

    Aimeriez-vous dormir toutes les nuits avec des fumeurs à côté de vous ?

    Cordialement.

  14. C’est le lobby des opérateurs qui a gagné une fois de plus.

    Les clients consommateurs ne vont pas profiter de ce changement, ce n’est pas du win-win, il ne faut pas rêver.

    Le nouveau parlement fraichement élu est très polarisé à droite, c’est bénéfique pour les entreprises uniquement, les consommateurs en feront forcément les frais.

    Une augmentation de la puissance cela ne rime pas avec amélioration de la couverture réseau, prenez la France, la puissance est maximale, le couverture est minimale, les zones blanches sont très nombreuses.

    Ecrire que c’est une bonne nouvelle, cela me laisse songeur…

  15. Exact… Mais ces gens on tous un portable dans la poche. Va compte…

  16. Moi j’habite en ville de Genève, sur Le toit de mon immeuble, il ya des antennes , sur l’immeuble en face aussi, au bout de la rue aussi, et pourtant tout le monde a la maison dors bien, des fois même un petit trot , he hé 😊😊😊
    Il ya aucun problème

  17. @ Pierre, une frange de la population qui ne veut pas de smartphone/téléphone mobile? J’entend bien qu’il y a quelques irreductibles, et c’est leurs droit mais parler de « frange »?

  18. Pour rappel, la puissance décroit au carré de la distance, c’est une loi physique (électromagnétisme de base). Actuellement avec une puissance d’émission des bornes GSM réduite, les normes ne vont pas dans le sens d’un protection des utilisateurs de mobiles. Pourquoi? – Tout bonnement car en cas de mauvaise réception et c’est souvent le cas en Suisse, le mobile va émettre avec plus de puissance pour garantir (en tout cas) une connexion ascendante de qualité, donc l’utilisateur va être soumis à un rayonnement électromagnétique plus important que si la connexion était de bonne qualité. De plus vu le nombre de personnes possédant un GSM, il me semble que la loi devrait être adaptée dans ce sens.

  19. Ce que vous dites Pascal est faux, effectivement une antenne plus puissante émet plus loin mais ne reçoit pas mieux, du coup le smartphone doit augmenter sa puissance d’émission pour réussir à l’atteindre. Donc cela a un impact négatif sur la batterie et le niveau d’exposition de chaque personne. L’idéal serait d’avoir une couverture uniforme avec beaucoup d’antennes faibles et non quelques antennes puissantes. Qui plus est la réception diminue avec le carré de la distance donc une antenne qui émet à 1/10 de la puissance porte finalement que 3x moins loin.

    Pour les opérateurs c’est une bonne nouvelle, pour les utilisateurs pas trop.

  20. @Jean-Marc

    Donc si je comprend bien si la France diminue la puissance des antennes la couverture sera meileure?

  21. @Marc Dubois

    Désolé mais je ne suis pas d’accord. Votre conclusion serait juste si tous les clients utilisaient le même opérateur mais il y a 3 réseaux en Suisse aujourd’hui. Une augmentation des valeurs limites offre donc plus de possibilités pour partager des mâts, ainsi beaucoup de clients auront à l’avenir une antenne plus proche qu’aujourd’hui.

    Et comme déjà dit, cette mesure ne permettra en aucun cas de diminuer le nombre d’antennes, même avec cette augmentation les opérateurs devront continuer à trouver des nouveaux sites pour répondre à l’augmentation de la demande; d’autant plus qu’aujourd’hui beaucoup de contrats arrivent à échéance et que dans de nombreux cas le propriétaire n’est pas prêt à le renouveler.

    De plus, on parle bien ici d’une question politique et en aucun cas technique. Votre définition du réseau idéal est bien jolie mais si politiquement cette question se pose (et celle de la modification de la Loi sur le territoire pour accélérer les procédures aussi) c’est justement parce que techniquement personnes ne veut d’antennes et encore moins ceux qui gueulent contre cette augmentation des valeurs limites.

    Enfin, je précise également que tous les opérateurs travaillent sur une densification du réseau tant au travers de micro-cellules ou encore du wifi-calling. Mais encore une fois ceux qui disent aujourd’hui que cette mesure ne profite qu’aux opérateurs et pas aux clients disent exactement pareil en ce qui concerne le développement de ces technologies.

  22. @greg,

    Non.

    Les opérateurs français ont posés moins d’antenne ceci par soucis d’économie vu la grandeur de la France, elle sont plus puissantes qu’en Suisse.

    Les zones blanches sont des régions non couvertes, donc augmenter ou diminuer la puissance des antennes ne solutionnera pas le problème dans ces zones mal ou pas desservies.

    Comme écrit tres justement avant, avec des antennes puissantes portant plus loin cela oblige le tel mobile à émettre plus fort, donc diminuer l’autonomie.

  23. Le réseau de téléphonie est un peu comme un nid d’abeilles. Si on veut plus de vitesse avec plus de cllents, il faut densifier… et baisser la puissance de chaque cellules. Sinon ces cellules vont créer des interférences sur d’autres cellules.

    C’est un peu comme dans une salle… si tout le monde crie… plus personne s’entend sauf ceux qui crient plus que les autres.

    D’ailleurs comme dit avant, les opérateurs densifient, installent des micro-cells, utilisent l’infrastructure de leurs clients et mettent des antennes directionnelles.

    Donc je ne vois que peu d’intérêt excepté quand il faut couvrir une très grande région avec une antenne.
    Et le risque de cette approche est de voir une antenne qui couvre une très grande zone… avec beaucoup de zones non couvertes (quand le terrain n’est pas plat). Rien que dans mon village, on a du 4G (avec presque touts les barres) à certains endroits, et à peine du Edge 100m plus loin. Sans compter que le débit sur ce 4G est déplorable car trop de clients sont dessus en même temps.

  24. @Jean-Marc

    Egalement au niveau de la batterie ce n’est pas forcément juste non plus. Avec une densité importante d’antennes vous êtes presque en permanence en handover et par conséquent en pleine puissance.

    Et il faut aussi tenir compte que c’est avant tout les communes et les cantons qui obligent à installer des antennes plus puissantes parce que plus éloignées des citoyens qui veulent de la 4G à fond partout mais pas d’antenne à proximité de chez eux.

    L’opérateur cherche avant tout à poser une antenne là où se trouve la demande c’est à dire dans les zones habitées et fréquentées. Avec le principe de la cascade en vigueur dans de nombreuses communes, la municipalité va d’abord demander à l’opérateur de prouver qu’il n’est pas possible de placer l’antenne en dehors de zones habitées, lorsqu’il a prouvé que ce n’est pas possible on lui dit qu’il faut alors prouver que ce n’est pas possible dans une zone industrielle par exemple, etc, etc. Au final il y a beaucoup de chance que l’antenne installée ne le soit pas où le besoin se trouve et donc les valeurs d’émissions seront plus élevées que nécessaire.

    Votre bashing permanent et les belles théories c’est toujours facile mais dans la réalité c’est plus compliqué.

  25. Ce qui est troublant, c’est qu’une décision comme celle là, intervient au moment où Sunrise a parfaitement complété son réseau avec les règles actuelles, en offrant de la 4g quasi partout, alors que Swisscom semble à la traîne dans de nombreux endroits…

  26. Hmm bref pour les inconditionnels du dodo sans interférences, hop cage de Farraday => les amis américains l’ont compris : https://www.youtube.com/watch?v=P4UdozjyLlA 😀

    Sinon bon… avoir des antennes plus puissantes ok cool mais ça ne résout pas le soucis qu’une antenne à un max d’utilisateurs connectés… donc je préfère le style « micro antennes » dans les lampadaires par ex avec un faible rayonnement que 2 grosses antennes qui carbonisent les petits moineaux passant par là 😀

    Bref de toutes façons on va mourrir…

  27. Et bien non rien ne va changer la nouvelle est tombée aujourd’hui…. tout ça pour 2 petites voix…..maintenant est ce que il y aura une chance d’augmenter ces valeurs dans un futur proche ?

    http://www.24heures.ch/suisse/vaudois-genevois-rayonnement-antennes/story/30291329

  28. Ouf! notre cerveau ne va pas frire tout de suite.

    Merci à tous les politiciens qui ont voté contre

  29. Je pense qu’avec des antennes moins puissantes on préserve l’attractivité de notre pays, en effet qui veut vivre avec radiations plus importantes?

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives