Faute de concurrents, Swisscom assurera le service universel jusqu’en 2022

Lors de sa séance du 13 décembre 2016, la ComCom a décidé de prolonger la concession de service universel dans le domaine des télécommunications détenue depuis toujours par Swisscom. La ComCom explique qu’après avoir vérifié l’intérêt des principaux opérateurs du marché suisse en principe en mesure de fournir le service universel, il est apparu que seule Swisscom était intéressée par la fourniture du service universel.

Le 2 décembre 2016, le Conseil fédéral a approuvé la révision de l’ordonnance sur les services de télécommunication (OST), qui fixe le contenu du service universel en matière de télécommunications à partir de 2018. Dès lors, les raccordements analogiques et numériques classiques seront remplacés par un raccordement multifonctionnel. De plus, le débit minimal de l’accès à l’internet sera relevé à 3000/300 kbits/s.

Une privatisation de Swisscom serait dangereuse
Vu la situation du marché helvétique il est tout à fait logique qu’aucune autre entreprise ne soit en mesure d’assurer cette mission de service universel. Même si cette situation de monopole n’est de loin pas idéale, elle est acceptable du moment où c’est la Confédération qui fixe à Swisscom ses objectifs stratégiques. Par contre, à l’heure où de nombreux politiciens militent pour une privatisation de Swisscom, on imagine bien combien pourrait coûter aux contribuables le service universel le jour où l’ex-opérateur historique sera privatisé.

© pascal martin (c)

Billets similaires:


/*

5 commentaires

  1. Le débit minimal de l’accès à l’internet de 3000/300 kbits/s ce n’est pas contraignant pour Swisscom.

    L’Internet Booster avec 3/4G permet sans problème d’atteindre ce « petit » débit en campagne et Swisscom pourra toujours arguer que des conditions techniques difficiles empêchent d’atteindre le débit minimal, c’est déjà le cas actuellement, par exemple une maison isolée au bout d’un chemin de 3 km dans les préalpes vaudoise, 500/100 kbits/s maximum, et encore…

    Si Swisscom est privatisé un jour, le service universel sera abandonné, les habitants de ce pays veulent payer moins, comme par exemple supprimer Billag (et la SSR), donc exit le service publique dans ce cas, nous passerons dans le système anglo-saxons, tout est payant, pas de service publique, c’est un choix de société qui est à la mode parait-il, moins d’état, moins d’impôt, à bas les élites, … Trump au pouvoir !

  2. Le but du service universel est de garantir le minimum nécessaire à tous; 3000/300 kbits/s c’est ce qu’il faut.

  3. 3000/300, c’est trop peu pour le minimum à mon avis…

  4. …pendant ce temps, en Amérique du Nord: http://nouvelles.gc.ca/web/article-fr.do?nid=1172599

  5. >> L’Internet Booster avec 3/4G permet sans problème d’atteindre ce « petit » débit en campagne

    Le seul petit problème c’est que les zones de campagnes sont aussi celle ou le réseau 3G / 4G passe très mal et en plus sature 😉

    Chez moi (limite de Lausanne) j’arrive à peine à recevoir du 2-3 mbits/s en 3G en download… par contre j’ai du 10 mbits/s en upload. Pourtant avec presque toutes les barres! Je suppose qu’il y a saturation du réseau…

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives