Droits sportifs: les câblo-opérateurs gagnent le hockey!

Grosse grosse surprise avec l’attribution des droits du hockey suisse dès la saison 2017-2018. Selon le site watson.ch c’est SUISSEDIGITAL qui a raflé la mise pour près de 30 millions, c’est environ 11 millions de plus que jusqu’à présent. On note au passage que watson.ch est décidément très très bien informé puisque c’est ce site aussi qui avait révélé en primeur que le foot suisse restait en mains de Teleclub/Swisscom pour 35 millions alors que jusqu’à présent le prix payé se situe à 24,4 millions par an.

Si beaucoup voyaient dans l’annonce de SUISSEDIGITAL plus un coup de pub qu’une volonté réelle de changer la donne on constate donc aujourd’hui qu’ils se trompaient. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas un hasard si c’est le hockey qui passe chez les câblos; comme je le disais récemment, Liberty Global le propriétaire d’UPC de par sa présence dans de nombreux pays peut avoir une vision beaucoup plus large que la seule petite Suisse; et si le foot suisse n’intéresse personne au delà de nos frontières, ce n’est de loin pas le cas du hockey.

Pour le consommateur, on se retrouve donc exactement dans la situation que je redoutais un peu dans mon dernier papier sur ce sujet. Pour profiter de l’ensemble des contenus, certains passionnés de sport risquent de devoir disposer d’un abonnement tant chez Swisscom qu’auprès d’un câblo-opérateur.

Que va-t-il se passer maintenant?
Il y a fort à parier que Swisscom ne s’attendait vraiment pas à ce changement de la part de la Swiss Ice Hockey Federation. Ce matin, le service de presse du géant bleu confirme la décision de la SIHF: « Nous regrettons la décision de la Ligue suisse de hockey sur glace et prendrons contact avec les futurs détenteurs des droits afin de pouvoir offrir à nos clients une offre sportive de qualité également pour le hockey sur glace. Au cours des dernières années, Swisscom/Cinetrade a mis en place la couverture des matchs de hockey sur glace en Suisse et l’a développée en une expérience client attrayante. A l’avenir, nos clients pourront continuer à suivre ces événements sportifs sur Swisscom TV. », déclare Christian Neuhaus.

Par conséquent, ce qui change aujourd’hui c’est surtout la position d’UPC et de SUISSEDIGITAL. Si jusqu’à présent ils ne pouvaient que tendre la main pour obtenir les quelques miettes que Swisscom/Teleclub voulaient bien leur vendre, avec les droits du hockey suisse, leur statut est aujourd’hui totalement différent et la pilule sera dure à avaler pour certains chez Swisscom qui se retrouvent dans la position de demandeur. Il faudra voir aussi si cette nouvelle donne aura une incidence sur les prix proposés à la SSR qui sera elle aussi dans une position moins confortable qu’aujourd’hui.

Il reste donc à savoir ce qu’il ressortira de ces négociations; mais ne nous faisons pas d’illusions, si les fournisseurs font de la surenchère pour obtenir des droits exclusifs, ce n’est pas pour ensuite les offrir à tout le monde… A mon avis, la solution pour non seulement maintenir la concurrence entre les réseaux mais aussi toucher le plus grand nombre de spectateurs possible est assez simple: les opérateurs telecoms et les téléréseaux proposent une offre sportive de base différente mais les événements et les matchs sont aussi disponibles à l’unité et ce pour tous les clients.

Et la COMCO dans tout ça?
Avec l’amende infligée récemment par la COMCO à Swisscom, on peut également se demander comment les choses se passeront maintenant que SUISSEDIGITAL a également obtenu des droits. Contrairement à ce que j’ai pu écrire lors de l’annonce, il semblerait que le problème pour la COMCO ne vient pas tant de l’exclusivité en elle-même mais plutôt de la façon dont certains contenus ont été proposés à des tiers. Tiers qui n’étaient pas tous traités de la même manière ce qui donne donc un abus de position dominante. Les règles seront donc plus strictes pour les détenteurs de droits exclusifs qui désirent vendre certains blocs à d’autres fournisseurs. Cette compréhension de la décision de la COMCO semble d’ailleurs confirmée par la vente des droits exclusifs pour les saisons foot et de hockey à partir de 2017-2018.

Quoi qu’il en soit, il sera plus intéressant que jamais de suivre cette actualité ces prochains mois, d’autant plus dans les pays qui nous entourent également les choses bougent beaucoup et que les ligues pourraient également être tentées d’explorer d’autres modèles économiques…

© pascal martin

Billets similaires:


/*

5 commentaires

  1. Sans vouloir faire du … basching, je préciserais que l’article de Watson ne mentionne pas suissedigital mais UPC et des cablos régionaux !

    J’ose espérer que nos petits cablos locaux ne vont pas tomber dans cette spirale infernale de la surenchère des prix.

    30 millions pour 2017-8 c’est énorme, voir pas raisonnable, les clients vont trinquer.

    À mon humble avis la solution la plus ouverte cela reste l’OTT, au moins c’est disponible quel que soit l’opérateur.

  2. Même si c’est bien entendu UPC qui ne peut que avoir la main vu les montants dont on parle, il s’agit bien d’une action menée par l’ensemble des câblos:

    http://www.suissedigital.ch/fr/suissedigital/medias/detail/la-branche-du-reseau-cable-en-fibres-optiques-se-montre-unie-pour-obtenir-les-droits-de-retransmissi/

  3. C’est juste !

    Cependant j’imagine qu’un petit cablos comme Cablotel (JU) même si membre de suissedigital il n’est pas tenu de passer à la caisse, ni de diffuser des matchs qui seront payant pour le téléspectateur.

    A ce rythme de surenchère le sport à la TV va devenir un luxe

    Et cerise sur le gâteau, UPC devra monter une structure pour filmer et gérer cela, ce que Teleclub fait !

  4. Super. On va se farcir Carlos Leal déguisé en hockeyeur pendant des mois 😀

  5. Ne pas oublier que Teleclub possède des droits encore pour quelques années dans le foot (suisse et étranger) notamment.

    Teleclub est déjà diffusé en version light chez les opérateurs alémaniques dont UPC.

    Donc Swisscom a des arguments à faire valoir avec SuisseDigital lors de futur discussions, style une plus grande diffusion de ses canaux contre du hockey suisse ou/et un partenariat de production.

    Sans compter qu’on connaît pas encore le contenant et les détails du contrat entre SuisseDigital et la fédération de hockey

    Bref à voir d’ici quelques mois

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives