Référendum naxoo: Swisscom TV se frotte les mains à Genève

Comme on avait eu l’occasion de le voir, dans l’affaire de la vente de naxoo, la raison principale du lancement d’un référendum était le sort plus qu’incertain des collaborateurs du câblo-opérateur genevois en cas de vente. Depuis lors heureusement, un accord a été trouvé entre les représentants des collaborateurs de 022 Télégenève (naxoo), syndicom, la Ville de Genève, upc cablecom et l’entreprise 022 Télégenève (naxoo). Le côté social de l’affaire est donc réglé et on ne peut que s’en réjouir.

Si le volet social n’existe plus, il ne reste plus donc que le côté politique. Dans ce contexte, le bon sens voudrait que les Genevois – d’autant plus ceux qui sont contre la vente – sauvegardent les intérêts de naxoo et de 022 Télégenève. En effet, si le référendum est refusé, la Ville empochera 57,5 millions et par la suite, que les affaires de naxoo fonctionnent bien ou pas cela ne changera plus rien pour le porte-monnaie des genevois. Par contre, si l’on se positionne contre la vente, il faut impérativement faire en sorte de garantir l’avenir de 022 Télégenève qui continuera de toucher de l’argent grâce aux clients qui utilisent son câble.

Un véritable auto-goal!
Paradoxalement et il s’agit d’une attitude totalement incompréhensible, les référendaires font tout aujourd’hui pour que les clients quittent naxoo en allant jusqu’à proposer une lettre type pour refuser l’échange des box naxoo contre celles d’UPC Cablecom. Les clients ont donc aujourd’hui deux possibilités: rester abonnés au réseau de 022 Télégenève ou alors opter pour un fournisseur TV qui n’utilise pas le réseau de 022 Télégenève tel que Swisscom Tv, Sunrise Tv, VTX… En agissant de la sorte ceux qui se présentent comme les grands défenseurs du service public et de l’intérêt des Genevois vont non seulement totalement contre les intérêts des collaborateurs de naxoo mais aussi contre les intérêts économiques des Genevois. Chaque client qui quitte le réseau de 022 Télégenève représente une perte pour la Ville de Genève et ce encore plus si la vente est refusée. Les anti-Cablecom ne font donc rien d’autre que de placer un magnifique tapis rouge pour Swisscom et son offre TV.

Si la vente de naxoo est refusée le 9 février, les initiants du référendum resteront malheureusement dans l’histoire comme les plus grands fossoyeurs de 022 Télégenève et du service public!

© pascal martin

Billets similaires:


/*

10 commentaires

  1. Petit rappel à scal.ch… l’accord signé ne concerne que 10 à 12 personnes et cela concerne uniquement des personnes qui seraient impactées par la migration chez UPC Cablecom !

  2. Et je rappellerai ici que la direction centrale de syndicom à Berne est pour la vente pour une seule raison : l’hypothétique entrée en matière pour discuter d’une CCT chez Cablecom… Alors avant d’avancer quoi que ce soit… informez-vous !

  3. Je ne sais qui de Syndicom Suisse ou de Syndicom Genève dit la vérité mais ce que est sûr par contre c’est que les initiants font tout pour que les clients quittent le réseau de 022 Télégenève. C’est totalement contraire à l’intérêt des collaborateurs de naxoo et ce quelque soit l’issue du scrutin.

  4. En acceptant la nouvelle box, ils acceptaient aussi un contrat avec une durée renouvelée? Si oui, je peux comprendre la réaction. A choisir entre deux maux…

  5. Bonjour. Je constate avec effroi que le SCAL est totalement à côté de la plaque. L’accord avec UPC, Syndicom, la Ville et les employés ne porte que sur la migration en cours. Il n’y a aucun accord en cas de rachat de naxoo. D’autre part les promesses pour un accord sur une éventuelle CCT avec UPC ne sont que pure spéculation. Les informations à disposition démontre que seule une lettre d’attention (que vous savez comme moi ne vaut rien) a été envoyée à Syndicom. Aucun accord n’est aujourd’hui signé. En ce qui concerne toutes les aberrations qui sont soit dans les journaux soit dans des émissions comme Genève à chaud et commentées par des personnes soit disant au courant du fonctionnement de naxoo feraient mieux de se renseigner sur l’entreprise. 1) naxoo a totalement rénovée son réseau à hauteur de 30 millions de francs et ceci en autofinancement sans dépenser un seul denier du contribuable. 2) En cas de non à la vente le câble restera propriété de la ville de Genève et UPC continuera à fournir son offre 3xPLAY. UPC et naxoo partageront des bénéfices. 3) Contrairement à tout ce qui a été dit (n’est-ce pas Monsieur Alfonso Gomez) les employés de naxoo n’ont jamais voté pour la vente. Ils ont simplement accepté un plan social pour la douzaine de collaborateurs qui seront virés juste à cause de la migration. Et ce n’est que le début.4) En 2012 et 2013 il n’y a pas eu de licenciement à cause de mauvais chiffres ou de pertes de clients (voir interview de Mme Salerno dans l’édition du journal Le Courrier du 29 janvier) il suffit de voir le bilan de naxoo pour cette période pour s’apercevoir que c’est totalement faux. Les personnes sont parties de leur propre. Bref, cela ne contribue pas à éclaircir le citoyen. Une chose est certaine. Plus on approche du scrutin plus le monde politique ment. Ce qui est grave mais en même temps tellement usuel. Je pense qu’il faut sanctionner tous ces mensonges le 9 février en votant NON à la vente. Naxoo continuera à vivre avec ses employés mais il est clair que son profil d’activité changera.

  6. Tout d’abord désolé si « le SCAL est totalement à côté de la plaque », je fais de mon mieux 🙂

    Ensuite, il serait judicieux d’expliquer si comme vous le dites:

    « En cas de non à la vente le câble restera propriété de la ville de Genève et UPC continuera à fournir son offre 3xPLAY. UPC et naxoo partageront des bénéfices. »

    Si c’est le cas alors, pourquoi vous poussez les clients à quitter le réseau de 022 Télégenève pour aller à la concurrence sur un autre réseau style Swisscom? L’exemple de la cliente dans l’émission ABE est tout à fait révélateur.

    Je ne peux que le répéter, que le vote du 9 février soit positif ou négatif, par votre attitude vous êtes les fossoyeurs de naxoo, du réseau 022 Télégenève et du service public.

    Sans même parler que vis à vis des collaborateurs tenter de faire fuir les clients est tout simplement une honte.

  7. Merci pour vos informations. Permettez-moi de vous préciser que je ne suis pas un fossoyeur ni un modérateur qui répand la bonne parole:-). Je ne suis pas non plus une personne qui fait partie d’un groupe politique ou référendaire quelconque. Je suis une personne qui en a marre de voir tout et n’importe quoi sur le sujet. En ce qui concerne les clients, je suis d’accord que ce n’est pas malin de pousser les clients à changer d’opérateur. Je vous rejoins sur ce sujet. Où je ne suis pas d’accord avec vous, c’est que vous décrivez un bilan inexact sur la société et sur ses activités présentes et futures. En ce qui concerne le réseau (en fait le câble) pourquoi doit-on le vendre ????? En cas de non-vente UPC Cablecom envisagerait-il de se retirer de son actionnariat de 49% ???? et naxoo resterait seule sans rien malgré la migration effectuée pour avoir du 3 X Play. Car c’est ça qui est en train de se dire. Soyons sérieux. Un actionnaire à hauteur de 49% qui abandonnerait tout ce qui a été construit jusqu’à maintenant semble totalement aberrant. Pourquoi personne n’envisage-t-il que la cohabitation (naxoo-upc) pourrait générer plus de revenus à moyen et long terme (partage des revenus et location du câble) que les 57 millions de francs demandé pour la vente des actions ???? 80000 foyers multipliés par 25 francs (taxe de raccordement mensuelle au réseau) = 2’000’000 Frs par mois de chiffre d’affaires multiplié par 12 (une année) et multiplié par 5 (pour 5 ans). Je vous laisse faire le calcul. J’ajouterai que là-dessus aucun service additionnel (3xplay) n’est comptabilisé. En quoi les clients de naxoo seraient-ils lésés ? Ils ont le 3xplay. En quoi la ville de Genève devrait investir alors que UPC fourni les services téléphonie, internet et télévision numériques et que la maintenance du câble (on n’arrêtera pas de le répéter) est autofinancée depuis plus de 25 ans. En ce qui concerne la honte pour les collaborateurs, je pense qu’effectivement les collaborateurs ont honte, mais pas pour les mêmes raisons. Ils sont dépités et dégoûtés de tous les mensonges qu’ils ont entendus depuis maintenant plus de 2 ans. La faute n’est pas à mettre sur le comité référendaire, mais sur la gestion désastreuse des protagonistes de la vente. Autre point, demandez à un citoyen genevois si la TV n’est pas un élément faisant partie du domaine public ou alors interrogez les gens du call center de naxoo (enfin ceux qui sont à Genève et non à Marrakech) qui pourront vous dire combien la TV est importante pour les habitants de la ville et du canton de Genève. Enfin, que pensez-vous des 10% de liquidation de postes autorisé par le contrat de Vente? Demandez aux employés si cela les rassure.

  8. Merci tout d’abord d’être d’accord avec moi sur le fait que faire fuir les clients vers un autre réseau est une honte. Désolé également si je vous ai répondu comme si vous faisiez partie de ces gens qui se battent actuellement contre naxoo et ses collaborateurs.

    Par contre, il y a une chose que je ne comprend vraiment pas. Si tout est autofinancé depuis 25 ans pourquoi Cablecom est entré il y a quelques années au capital de la société à hauteur de 49%. Si la ville était dans la même situation que Lausanne par exemple et possédait le 100% de l’entreprise le problème serait totalement différent.

  9. Cablecom est entré dans le capital en rachetant les parts des SIG et de la BCGE, ce qu’il lui a permis d’arriver à 49% du capital action. Ensuite, il ne faut pas oublier qu’UPC est en même temps actionnaire et fournisseur de services. Dès 2006 un accord prévoyait qu’UPC (en tant que fournisseur) mette en route les services Internet et Téléphonie. Naxoo continuant à fournir la Digital TV (DTV). En fait, cela semblait simple aux politiques de l’époque de réunir le meilleur des 2 mondes, mais dans la réalité plusieurs obstacles sont venus se greffer et la ville n’a pas réagi entre 2006 et 2011 à ces manquements). Du coup Cablecom, qui devait mettre en route les prestations supplémentaires pour l’Internet et la téléphonie ne l’a jamais fait et par la même occasion Cablecom continuait à bloquer toutes décisions des actionnaires majoritaires (donc la ville de Genève) dû justement au fait qu’il disposait d’un contrat lui permettant d’utiliser son droit de minorité de blocage. Nous le savons aujourd’hui, avant de vendre, la ville de Genève a essayé par tous les moyens de contourner cette minorité de blocage (c’est entre autres ce problème qui a mis la vente en hibernation durant tout ce laps de temps). Par contre Cablecom a essayé de faire pression sur la ville en voulant migrer les réseaux qui leurs appartenaient (en 2013) sur leur propre système 3 X PLAY. D’après les sources que nous possédons, une bataille s’était engagée entre naxoo et Cablecom. Un accord a été trouvé ce qui a abouti à la vente de Naxoo (transformation du projet étoile en projet Rhône 2) et à la migration des clients naxoo vers Cablecom. Nous le rappelons la migration n’est pas une opération indépendante, mais elle est bien liée au contrat de vente de naxoo (suffit de lire le contrat de vente pour s’en apercevoir). Pour revenir à notre conversation, dès lors que la ville avait tout essayé pour se débarrasser de Cablecom sans y parvenir et que Cablecom faisait pression sur naxoo en refusant de mettre en place l’internet et la téléphonie elle n’avait plus le choix que de vendre, et ceci par dépit. Donc tout ce cirque autour de la mission d’être ou ne pas être un service public, de la migration des clients, de la qualité de Cablecom, etc etc, n’est qu’une grosse mascarade envers le peuple genevois. La ville vend, car elle a mal négocié son contrat de mariage avec Cablecom (qui lui a profité de cette faiblesse pour asphyxier naxoo), la ville vend, car elle a été incompétente à gérer ce dossier, la ville vend, car elle possède des actions dans les SIG à hauteur de 30% et la ville vend, car elle ne voulait plus d’un partenariat avec Cabelcom qui ne lui permettait pas de diriger la société dans la direction qu’elle souhaitait. Bref, la ville vend en bradant cette société (je dis brader, car la société vaut bien plus, je rappelle que le potentiel est de 80000 prises et que ça en fait de l’argent) au détriment de ses employés et des citoyens genevois en disant à qui veut l’entendre que Cablecom est un bon choix alors qu’elle-même ne pouvait pas s’entendre avec son actionnaire minoritaire et que ce dernier n’entendait pas respecter son contrat avec naxoo sur la mise à disposition de l’Internet et de la téléphonie. Aujourd’hui la migration a été lancée. Les services proviennent dorénavant de Cablecom. C’est lui qui supporte les investissements sur cette technologie. Naxoo si elle n’est pas vendue n’aura pas à assumer les investissements pour l’offre 3 X PLAY car il n’est pas question que Cablecom se retire du marché genevois, vendu ou pas vendu. Ceci est un fait. Et dans le même sujet, si elle n’est pas vendue, naxoo continuera à investir et entretenir son câble, mais ceci toujours en autofinancement et payé par naxoo elle-même. Il n’est pas question que la ville investisse de l’argent. D’ailleurs elle ne l’a fait qu’une fois (en y injectant 2,500’000 Frs) et c’était pour créer la société. La ville a créé naxoo la ville tuera naxoo. Ne pensez pas un seul instant qu’en vendant vous avez fait le bon choix. Aujourd’hui nous avons ce que les politiques voulaient en 2006 (offre 3Xplay) alors gardons ces atouts et cohabitons pour aller de l’avant (les 2 actionnaires n’auront pas le choix, ils devront s’entendre). Autrement, nous devrons penser à payer des billets de train ou d’avion aux futurs collaborateurs afin de se rendre soit à Zürich (maison mère pour la Suisse), soit à Lausanne (Cablecom à Yverdon projette de déménager) soit en Pologne (centre de traitement du courrier) soit à Marrakech (call center pour la partie francophone) soit en Hollande (centre européen d’UPC).

  10. Milles bravo et merci à Mendes Jean-Louis !

    Vous expliquez avec des mots très juste la position que j’ai toujours défendu.
    Toutefois, il est vrais que je me suis résigné pour la vente ces derniers temps au vue de la tournure des événements politique et sur le fait que la Ville et ses politiques (administratifs et municipaux) ne voudront pas, en cas d’acceptation du référendum, s’investir dans « leur » entreprise.

    Il y a 3 ou 4 ans j’avais écris des mail et un courrier à des municipaux de la Ville membre de la commission qui traitait de 022Télégenève. Je n’ai reçu que des réponses du genre « c’est un sujet très complexe » nous faisons de notre mieux mais « on est débordé et on a d’autres sujet sur le feu ».

    Brèf, je me suis résigné à accèpter que la Ville de fera rien pour 022Télégenève et vu que les communes périphériques comme Carouge, Meyrin, Lancy ont vendu à Cablecom et que Cablecom possède déjà les anciens réseaux de Coditel (Plan-les-Ouates, Bernex, Confignon, Grand Saconnex, etc.). Bref 022 télégenève sera un peu seul avec Onex à garder leur réseau et devront payer à Cablecom le prix fort à chaque amélioration. Par exemple Onex a refuser de payer rubis sur l’ongle à Cablecom pour fournir l’internet 2Mega inclus avec le raccordement. La ville à elle accepté.

    A quoi bon rester seul pour ne rien faire ? Mais qui sait ce que réserve l’avenir et si ces réseaux câblé seront utiles ou pas.

    La ville y voit un paquet de sous à ce faire et se sépare d’un domaine qui ne l’intéresse pas. De leur coté les SIG investissent dans la fibres optique et les SIG appartiennent à 33% à la Ville de Genève, 33% aux autres communes et 33% au canton de Genève.

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives