Collaborateurs pris en otages par Orange et Alcatel-Lucent!

C’était il y a à peine quelques semaines, au travers d’un communiqué de presse, Orange se vantait d’avoir un excellent réseau mobile. Ce résultat, Orange le doit à ceux qui construisent son réseau, des ex-employés Orange oeuvrant aujourd’hui chez Alcatel-Lucent. Au travers du projet MBB, ces 18 derniers mois, 3000 stations de base GSM et plus de 2100 stations de base 3G ont été entièrement mises à jour. Les résultats 2011 et 2012 du test CONNECT prouvent à quel point les petites mains du réseau ont été efficaces.

Cela n’empêche pourtant pas Orange d’avoir un mépris total pour ces collaborateurs. On assiste depuis le début du mois à une véritable partie de ping-pong entre Alcatel-Lucent qui gère le réseau jusqu’à lundi et Orange. Si pour ceux qui s’occupent de la maintenance, la situation est plus ou moins réglées avec le nouveau partenaire Ericsson, ce n’est pas le cas des 45 collaborateurs qui oeuvrent à l’extension du réseau. Tant ALU que Orange estiment que c’est à l’autre d’assumer ses responsabilités. A trois jours de la date fatidique, Alcatel-Lucent demande à ces employés de se présenter le 3 janvier chez Orange alors que l’ex-filiale de France Telecom leur dit qu’ils ne doivent surtout pas venir chez Orange mais qu’ils sont toujours employés d’Alcatel-Lucent. Ils vont faire quoi chez Orange mercredi? Mettre des securitas à l’entrée pour empêcher les employés d’entrer?

Incompétence et mépris total
Non seulement les dirigeants d’Orange ont prouvé à quel point ils sont incompétents (comment une telle situation peut ne pas être réglée avant l’échéance) mais surtout ils montrent tout le mépris qu’ils ont pour ceux qui oeuvrent à la construction de leur réseau. C’est pitoyable, ce sont vraiment de toutes petites gens.

Orange doit prendre ses responsabilités
La situation financière d’Orange est-elle à ce point désespérée? Comment une entreprise qui compte près de 1200 collaborateurs à plein temps ose-t-elle en pleine période des Fêtes de fin d’année traîter les gens d’une telle façon alors que cela représente moins de 4% de ses effectifs? Car même si ces employés ont été transférés en 2008 d’Orange à Alcatel-Lucent et sont donc par conséquent employés Alcatel-Lucent et non pas Orange, ils n’ont jamais travaillé pour personne d’autre que Orange Suisse!

Je vous laisse prendre connaissance en détails des lettres reçues par les collaborateurs aujourd’hui:

Lettre d’Orange

Mail d’Alcatel Lucent

© pascal martin

Billets similaires:


68 commentaires

  1. C’est dégueulasse vis à vis des employés ALU, en effet. Mais ma compréhension est que l’article du CO333 s’applique lorsque l’employeur transfère ses activités. Dans ce cas Orange n’est pas l’employeur mais le client de l’employeur. L’employeur reste ALU, non?

  2. ça pourrait intéresser le « matin dimanche » vu que c’est là que le CEO d’Orange a fièrement annoncé il y a deux semaines qu’ils allaient créer 50 emplois !!

  3. Orange doivent vraiment plus avoir un rond dans les caisses, sinon ils prendraient pas de tels risques avec le réseau et s’éviteraient une telle publicité négative. Comme dit très bien le scal, ce sont de petites gens pitoyables.

  4. Je plains les collaborateurs concernés et ne les envie pas. Cette situation, pleine d’incertitude, de mépris de la part de leurs deux précédents et actuels employeurs doit être difficile à accepter et les charges financières pour ces employés, certains ayant des responsabilités familiales sans nécessairement un second revenu pour permettre de se retourner, ne s’arrêteront pas au 1er janvier.

    Maintenant je pense que le Scal va un peu vite en besogne en faisant porter le chapeau à Orange…

    Les deux employeurs ont une lecture différente du CO 333. Orange estime que le transfert s’est fait de manière unidirectionnelle lorsque les activités ont été externalisées d’Orange vers ALU; ALU que le CO 333 s’applique encore aujourd’hui pour transférer les collaborateurs en arrière vers Orange.

    Sans être juriste (et finalement je crains bien que cela soit eux qui devront trancher sur le fond du problème, peut-être avec plus d’éléments que ceux dont nous disposons – contrats d’externalisation Orange-ALU, courriers, …), je pense que la compréhension de l’article CO 333 par Orange est la bonne.

    Je n’approuve pas les méthodes d’Orange (externaliser, puis dénoncer le contrat en négligeant ses anciens collaborateurs), mais celles d’ALU me semblent encore plus contestables. Mon sentiment en lisant l’e-mail d’ALU m’apparaît plus comme une tentative pour eux de minimiser leurs responsabilités et les pertes financières (salaires) en tentant de retransférer les collaborateurs vers Orange plutôt que de devoir les licencier, leur offrir des plans sociaux ALU, … En gros, mon impression est qu’ALU tente une partie de poker contre Orange (en espérant qu’un tribunal leur donne raison) sans aucun égards vis à vis de leurs collaborateurs. ALU annonce par ailleurs qu’ils honoreront les salaires (si nécessaire) des 3 premiers mois de 2013, qu’ils offriraient les prestations sociales d’ALU, … Si le tribunal donne tort à ALU, alors ils auront essayé, mais pas pu. Si le tribunal leur donne raison, ALU pourra alors exiger à Orange de couvrir les frais des 3 mois de salaires et des plans sociaux versés indument. Dans ce cas-là, ALU aura réussi à faire quelques économies et à se dégager de toute responsabilité envers ces collaborateurs soudainement devenus encombrants.

    Donc si Orange a des pratiques très peu élégantes et mérite d’être pointé du doigt, le véritable responsable envers ces collaborateurs reste Alcatel-Lucent. Alcatel-Lucent a l’obligation d’être clair et honnête envers ces personnes. ALU pourrait, dans l’intérêt de ses collaborateurs, négocier un transfert direct de tout ou partie de ces personnes vers Ericsson ou de les affecter à d’autres activités d’ALU. Pour les collaborateurs qui n’auraient aucune possibilité de travailler chez Ericsson ou de continuer chez ALU, un licenciement net serait certainement moins pire que le flou actuel causé par ce jeu sombre auquel se livre ALU et Orange.

  5. A mon avis, l’article CO 333 ne s’applique effectivement plus dans ce cas là.

    Mais la question n’est pas de savoir qui de Alu ou Orange à tort ou raison. Simplement ces employés c’est Orange qui les a externalisés chez ALU pour construire le réseau Orange. Lorsque ALU a signé le contrat avec Orange en 2007 ces collaborateurs faisaient partie du deal. Aujourd’hui que le contrat s’arrête ils n’en font plus partie? De plus, Orange devait annoncer le nom du nouveau partenaire en juin dernier et on est en décembre… ALU aurait très bien pu résilier tous les contrats pour la fin de l’année il y plusieurs mois déjà et ils seraient aujourd’hui couverts. Mais si il l’avaient fait c’est Orange qui en aurait subi les conséquences!

    Orange porte l’entière responsabilité des problèmes actuels. Le nouveau partenaire devait être annoncé l’été dernier et les choses réglées depuis longtemps. Si chez Orange ils n’ont pas été capables de régler ces questions avant, qu’ils assument au moins leur responsabilité vis à vis des collaborateurs et se retournent ensuite contre ALU!

    L’attitude d’Orange est simplement honteuse.

  6. A Yann
    Mais quel hyprocrisie. Vous pensez que quand Orange il y a quelques année a dit à ses employés qu’ils allaient continuer leur travail comme avant mais plus chez Orange mais chez Alu ils leurs ont demander leur avis? C’est pas seulement les activités qui ont été transférée mais aussi les employés si aujourd’hui orange pour économiser de l’argent veut retransférer les activités vers un nouveau partenaire, orange doit aussi transfére ces employés.

    Orange veut juste économisé de l’argent sur le dos des employés. Ils seron tous remplacés par des Roumains.

  7. En lisant les pièces jointes, la situation semble assez claire : ces 45 personnes sont juridiquement des employés d’ALU, pas d’Orange, ALU le reconnaît très clairement.

    Dans sa lettre, Orange explique même aux employés concernés comment se défendre vis-à-vis d’ALU; ça montre peut-être qu’Orange se sent une responsabilité morale d’aider ces employés, ce qui est déjà mieux que rien. Il y a bien des employés d’UBS ou Crédit Suisse qui aimeraient avoir un employeur qui ait ces scrupules, alors que les banques ont balancé les noms de leurs propres employés au fisc américain.

    Et en plus, ces employés ont été externalisés en 2007, ils ont eu le temps de voir sur leur fiche de salaire qui les payait, non ?

    Et en plus, on parle de personnes ayant du savoir-faire dans la maintenance de réseaux de Télécom, il y a du travail dans ce domaine. C’est pas comme un mineur de 55 ans licencié dans le Nord de la France : ces gens-là ont un espoir de retrouver du travail.

    Je ne vois donc aucune raison de taper sur Orange, du moins sur ce sujet.

    Merci au Scal pour l’article (intéressant grâce aux documents d’Orange et ALU), mais pourquoi l’avoir gâché avec cette hargne injustifiée contre Orange ?

    PS : je ne suis ni employé d’Orange, ni d’ALU, ni client Orange, ni juriste…

  8. On vit dans un pays formidable, on nous parle de responsabilité solidaire en matière de dumping salariale et de travail au noir genre tu fais construire ta maison et un sous traitant de ton entrepreneur emploie des gens au noir t’es autant responsable qu’eux.

    Et ici Orange n’aurait aucune responsabilité vis à vis de ceux qui montent son réseau? Bravo les lois suisses.

  9. @scal: Effectivement, je n’ai pas abordé la question de la gestion du projet de l’externalisation 2012-2013 qui a été réalisée de manière lamentable (décisions prises avec plus de 6 mois de retard, communication médiocre, …) et dont ce blog s’en est déjà fait l’écho. A ce titre, je partage pleinement l’avis qu’Orange est l’entier responsable de la situation actuelle.

    Mais ce dont je parlais dans mon précédent commentaire était la responsabilité d’Orange et d’ALU face aux employés. Et à nouveau, on est d’accord qu’ALU est légalement l’employeur de ces collaborateurs.

    Et pour ce cas particulier, je dénonçais la démarche d’ALU de vouloir faire régner un flou supplémentaire dans cette affaire en essayant de re-transférer ces personnes (et les charges qu’elles impliquent) chez Orange plutôt que de vouloir régler l’affaire le plus rapidement possible avec les collaborateurs (soit par transfert chez Ericsson, soit par réaffectation interne, soit par, en dernière mesure, licenciement) dans leur propre intérêt (c’est paradoxal que de dire que c’est dans l’intérêt d’un collaborateur de le licencier; mais il est certainement préférable d’être licencié loyalement avec comme explication la fin d’un mandat, donc l’absence de travail, que de se retrouver au milieu du champ de bataille, et de se faire renvoyer chez l’un et chez l’autre, et de se sentir clairement un poids mort dont personne ne veut, alors que la finalité est déjà connue). Comme indiqué en titre du post, les collaborateurs sont pris en otage entre ces deux parties. Malheureusement, il ne s’agit plus là de se battre pour garder ou transférer des équipements ou des services, mais on parle bien d’hommes et de femmes qui en ressortiront marqués.

    @Julien: Je ne vois pas où est l’hypocrisie…

    Je ne défends pas Orange et j’ai déjà dit désapprouver ses méthodes… Maintenant, je me place sur un plan purement « technique » et je pense que vis à vis de la loi, l’unique entreprise responsable des collaborateurs d’Alcatel-Lucent est ALU elle-même, quel que soit le destin du contrat que la liait à Orange…

    Sur le plan moral, je pense qu’effectivement Orange aurait du faire preuve d’une plus grande responsabilité vis à vis de ses anciens employés en les incluant tous dans le deal avec Ericsson, même si elle n’était pas obligée (par la loi) de le faire. (Par contre, qu’on ne vienne pas me dire que la loi est mal faite et qu’il faudrait en changer pour qu’une entreprise qui a été un jour l’employeur d’une personne, qui a par la suite, été externalisée reste co-responsable du destin professionnel de cette personne ad vitam aeternam… L’enfer est pavé de bonnes intentions et il n’y a pas besoin d’aller très loin pour voir le mal que peuvent faire des lois trop impliquantes pour les entreprises. La Suisse a la chance d’être un pays avec une économie qui ne va pas trop mal, avec des entreprises qui n’hésitent pas à s’y installer, à s’y développer, ou alors à réduire la voilure quand les affaires déclinent, …)

    Maintenant pour ALU, la situation est ce qu’elle est et en étant pragmatique il faut se rendre à l’évidence que certains de ses collaborateurs lui coûtent, alors qu’ALU n’a plus le mandat sur lequel les faire travailler. ALU souhaite donc s’en séparer à moindre frais, idéalement en faisant porter la charge à Orange. Que ce soit en tentant de forcer le passage (envoyer les collaborateurs chez Orange le 3 janvier) ou alors en ayant une interprétation différente du même article de loi qu’invoqué par Orange.

  10. C’est juste dégeulasse que les RH ne se bougent pas plus le cul…

    Comment cela ce fait il qu’il n’y a pas de règles ? J’entends par là qu’il doit bien y avoir des clauses dans leur agreement… Bref, honnêtement je trouve que les deux employeurs sont nuls et honnêtement, si vous seriez employé qui à bien bossé et que l’on vous traite comme cela, même si les deux parties trouvent un accord, je ne pense pas que beaucoup de monde va rester travailler enfin, juste le temps de trouver un autre job…

    Bref au final, les gens qui ont la compétence et l’expérience vont se barrer et ni Orange ni ALU seront gagnants…

    BRAVO, juste pour une question de sous ? Combien ça coûte de former un employé alors qu’il y en a des déjà tout prêts ?

    Scandaleux… Courage au employés concernés !

  11. @lolo
    ALU employait les collaborateurs transférés par Orange au noir ? C’est un scoop de première !

    Ne mélangeons pas tout… La loi dont vous parlez sur le travail au noir et le dumping salarial a bien un effet de cascade sur les mandataires… Son but est d’éviter que des entreprises accordent des mandats à des fournisseurs qui misent sur des pratiques illégales (travail au noir, dumping salarial) pour offrir des coûts plus bas que la concurrence qui respecte le cadre légal.

    Dans le cas actuel, on ne parle ni de travail au noir, ni de dumping salarial, mais de rupture de contrat de sous-traitance.

    Je suis bien heureux que les contrats de sous-traitance n’aient pas de liens de cascade élargis à tous les domaines… Je n’aimerais pas, si je devais mandater une entreprise externe pour réaliser mon ménage, devenir co-responsable de l’avenir professionnel de l’homme/la femme de ménage (qui est déclaré(e), qui fait un travail rémunéré selon les salaires en vigueur) qui vient chez moi le jour où je dénonce mon contrat ! Si, par dénonciation du mandat que je fournis à l’entreprise de nettoyage, cette dernière ne peut plus fournir de travail à son employé(e), cela ne peut pas être la faute du client ! Peut-être l’employeur aurait du diversifier sa clientèle, ou poursuivre sa recherche de nouveaux clients, … afin de pouvoir continuer à offrir du travail à son personnel.

    J’ai pris là un cas un peu simpliste pour l’illustration, mais la sous-traitance est largement utilisée dans de nombreux domaines d’activité en Suisse et de part le monde. Je ne peux pas imaginer que l’on puisse vouloir rendre co-responsable une entreprise cliente pour l’intégralité des conditions des rapports de travail qui lient l’employeur et l’employé. Que se passerait-il si, un fabricant horloger (par exemple), mécontent du travail fournit par un sous-traitant (un fabricant d’aiguilles, par exemple) ou des prix pratiqués, décidait de changer de fournisseur ? Doit-il véritablement être tenu responsable si le sous-traitant doit licencier du personnel ?

    Le cas Orange-ALU possède un antécédent qui est le transfert de personnel d’Orange vers Alcatel-Lucent en 2007, certes. Maintenant, peut-on raisonnablement demander à toute entreprise qui externalise des activités de rester pieds et poings liés pour une durée indéterminée avec l’entreprise qui a repris l’activité et le personnel ? Dans la situation où l’entreprise repreneuse de l’activité a fait des choix différents de ceux d’ALU – par exemple de ne pas dédier les collaborateurs repris au client à l’origine du transfert, mais d’impliquer les collaborateurs sur plusieurs ou la totalité des clients – il n’y aurait plus de collaborateurs « ex-entreprise », mais simplement des collaborateurs de l’entreprise repreneuse. Malgré cela, le retrait du client réduit toujours le volume de travail pour le sous-traitant qui devra prendre des actions pour s’adapter à la nouvelle situation commerciale. Quelle est la responsabilité du client pour les personnes licenciées après son départ ?

    Tout cela pour dire qu’aucune loi ne permette de régler la totalité de cette problématique. Le plus souvent les rapports de sous-traitance se passent bien. Parfois des fins de relations ont des conséquences plus dommageables et il est nécessaire de réorganiser les activités, avec quelquefois la nécessité de dénoncer des contrats de travail. Mais il ne faut pas vouloir absolument légiférer sur tout afin de tout contrôler. Chaque loi amène son lot d’avantages, mais également ses effets pervers. Les entreprises suisses établissent facilement des relations commerciales entre elles, vouloir les rendre co-responsables dans le domaine élargi des ressources humaines provoquerait à coup sur la mort de certaines entreprises (si je reprends le cas de mon personnel de nettoyage, une entreprise aurait intérêt à embaucher – en interne « in-house » – une personne à temps partiel pour réaliser ces activités qu’une entreprise externe, car il serait plus facile de se défaire de cette personne que de l’entreprise sous-traitante; à terme toutes les entreprises adopteraient la même stratégie avec la mort des entreprises de nettoyages et le risque de précarité pour le personnel de nettoyage qui devraient courir à chercher plusieurs employeurs à 10-20% pour avoir un taux équivalent à 100%).

  12. L’attitude d’Orange est vraiment à vomir, pas d’autres mots :-(

  13. Mais au moins maintenant on sait pourquoi Orange fait croire que le nouveau partenaire pour les équipements n’est pas encore décidé.

  14. Effectivement cette fois tout s’explique!

  15. @Yan
    Depuis 3 semaines il y a plusieurs dizaines de Roumains qui sont formés à Renens pour apprendre à s’occuper du réseau, ils sont là pour remplacer bientôt ceux qui ont été transférés chez Ericsson provisoirement mais qui vont eux aussi perdre leur job tout bientôt. Pour les gens dont on parle ci-dessus c’est mort il n’y a besoin de former puisque Nokia Siemens ont déjà assez de mecs à dispo pour faire le job.

    Et après ça on trouve encore des gens pour venir défendre le comportement d’Orange. Faut être fort quand même.

  16. Moi ce que je constate c’est que le sujet est facile pour essayer de descendre au plus bas l’opérateur. Avez-vous vu le nombre d’article qu’il y a ici concernant ce sujet? Et après on ose dire que ce blog est impartial.

    Dans un autre domaine que les télécom, une amie ainsi que tout les employés du même site ont reçu l’annonce de licenciement avant les fêtes alors que cette société fait des millions de bénéfices… Dans la presse, il n’y a pas eu autant d’article (alors que le sujet est plus grave) qu’ici pour ce sujet de transfère du réseau.

    ABE

    (EO)

  17. Votre service de presse qui ne commente pas les « rumeurs » porte l’entière responsabilité du nombre d’articles sur ce sujet que ce soit sur ce site ou ailleurs dans les médias.

  18. J’ai du mal à comprendre également , cette acharnement sur Orange… Ces situations arrivent assez souvent lors de changement de sous traitants. ALU, semble-il, est la seule responsable de cette cacaphonie actuelle.

    Orange a, certes, un peu foiré cette double transition (Ericsson/ Nokia Siemens Networks). La posture prise en matière de communication est certes contestable, mais arrêtons un peu l’acharnement contre cette entreprise, alors que pour l’instant, pour le consommateur, on ne perçoit que peu d’effets néfastes. ( je croise les doigts)

  19. Mais encore heureusement qu’il y a des gens qui dénoncent ce genre de situations. Orange a outsourcé à alcatel pour gagner plus d’argent et maintenant ils séparent les deux contrats pour en gagner encore plus et tout faire faire par les Roumains.

    Mais il faudrait surtout rien dire et se taire parce que le consommateur perçoit peu d’effets néfastes.

    Croise les doigts vraiment fort, il y en a bien besoin.

  20. Bonsoir tout le monde:

    @yan, les RH = restes humanoïdes des qu’il s’agit d’ALU, et ils l’ont bien prouvé.
    si tu connais des employées ALU, bien évidement a part les RH& les manager , je pense qu’ils te diront tous la même chose avec un certain dégout accumulé sur les 5 dernières années.
    entre les éternels abonnés absents, les clowns et autres incompétents sans parler de ceux qu’on se demande ce qu’ils foutent la bas, la liste des RH Alcatel-lucent devraient circuler histoire d’éviter a d’autres employés des déboires inutiles

    Au sujet de l’acharnement sur Orange, comme Pascal l’a dit maintes fois, la communication désastreuse de cette succursale ne laisse présager que le pire. quelqu’un de sérieux ne laisse pas un contrat de sous traitance de cette ampleur se régler à la dernière minute
    genre est ce qu’ils se sont demandé comment un tel transfert des activités entre l’ancien et le nouveau prestataire va t-il pouvoir se faire?
    personne ne semble avoir penser a tout cela dans ce petit monde de super manager tellement qu’ils ont une super idée du boulot… bref ça va passer par les habituelles épaules de travailleurs comme c’est toujours le cas donc je pense que c’est dans un chaos total …. tout les dossiers , les affaires courantes. l’anarchie….bonne chance les gars!!! je dis cela au travailleurs.

    a mon souvenir il n’ y a pas eu de plantage réseau majeur (genre toute la suisse) durant les 5 dernières années et le risque d’en avoir n’est pas franchement très grand car grâce au professionnalisme des anciens ALU qui se sont démené comme des fous pendant toutes ces années, le pire a été évité,

    ces même braves personnes qui sont pour une partie transféré chez Ericsson assurent le relais mais pour combien de temps?
    Ericsson intrigue par sa venue dans le giron Orange, eux qui ont déjà tourné le dos à Sunrise pour le compte de Swisscom et ne cache pas ses ambitions d’externalisation poussé au bout, donc ces Ex-ALU, sauvé pour combien de temps?
    mais pour l’instant ma pensée va a ceux et celles qu’on balade comme des pigeons depuis quelque temps…
    les 45 autres qui a mon avis ne trouveront pas preneur, car même si tout le monde sait que c’est NSN pour l’autre partie du contrat, on se demande quel contrat de M**** ils ont signé, surement un autre truc au rabais la ou les choses se font a minima….

  21. Je crois que je comprend pas tout. Ericsson ont obtenu le contrat de maintenance mais c’est pas eux qui fournissent les équipements? Ca veut dire que Orange a engagé Ericsson pour entretenir le matériel de son concurrent Nokia Siemens? Ca n’a aucun sens.

  22. @Sandra
    Tu vis sans doute sur une autre planète… La plupart des grandes boîtes outsourcent certains services, la mienne l’a fait à bon escient et pas uniquement pour économiser sur le dos de ses employés.
    Dans une économie globalisée comme celle dans laquelle nous sommes, où est le problème si des roumains, mandatés par le sous-traitant, se chargent de cette tâche, si c’est transparant pour les clients Orange?
    Je ne préconise pas de ne rien dire, je dis simplement qu’une fois que la chose est dite, il n’y a pas besoin de s’acharner sur cette entreprise. Même si la communication n’est, visiblement, pas son fort.

  23. Je me marre en voyant certains commentaires:
    @Shark Attack: comment osez-vous dire que le outsourcing est fait à bon escient ET PAS UNIQUEMENT pour économiser… ???
    L’outsourcing n’est fait QU’À but lucratif et fait par des gens qui gagnent environ 15 à 20 fois moins d’argent que dans des pays dont la Suisse! et la qualité n’est pas du tout au rendez-vous!
    Certains employés d’ALU ont du reprendre à maintes fois les conneries de certains « collègues » roumains afin de ne pas laisser partir le réseau en vraie catastrophe et ceci plusieurs fois par mois voire par semaine.
    Je crois que vous ne comprenez pas ici le côté « professionnel » de la chose. Les Roumains qui travaillent chez ALU ne sont que des étudiants à peine sortis d’université et qui ont un papier équivalent, au final, à un CFC Suisse… et c’est de même pour les roumains d’Ericsson présents chez Orange. Ils ont sûrement d’excellentes connaissances théoriques mais au niveau pratique c’est proche du néant.
    La plupart d’entre-eux restent moins de 6 mois car c’est un bon tremplin pour leur carrière future.
    Comment en moins de 6 mois arrive-t-on à être efficace et surtout, vu le rota de ces gens, le support, maintenance, etc, puisse être de bonne qualité???

    bref…

    Lorsque Orange à commencé à parler outsourcing (2002 je crois), Swisscom avait déjà fait demi-tour car ils ont vu que ça ne fonctionnait pas du tout.

    Ce qu’on oublie, c’est qu’en Suisse (malgré qu’on dise que c’est cher et patati et patata) la qualité dans bien de domaines est au rendez-vous et ceci grâce aux gens qui font du support ici même.

    En ce qui concerne l’outsourcing d’Orange, Ericsson ne sont pas prêts du tout!
    Des futurs-ex employés d’ALU se sont assis juste Jeudi passé à côté des roumains présents dans les bureaux d’Orange à Renens pour commencer à leur expliquer comment le réseau fonctionne et Ericsson jure que le 31 Décembre à 19h pile, ils vont pouvoir tout reprendre (avec un support minimum des employés d’ALU qui connaissent le réseau de A à Z). Je ne les blâmes pas ces pauvres roumains, car eux aussi ont été forcés (et surtout « enlevés » de leur pays ») pour faire une « smooth » transition comme ces 3 magnifiques sociétés (OCH-ALU-E///) aiment le dire…

    Je plains vraiment tous les employés qui travaillent RÉELLEMENT pour la maintenance du réseau. Il n’y’a QUE les 3 managements qui sont à blâmer (et brûler au bûcher!!!).
    Même Orange au final (qui, on le sait, est pitoyable au niveau communication et très méprisante vis-à-vis des employés d’ALU) se sauve un minimum car, au final, c’est APAX qui veut voir des chiffres et rien d’autre et le nouveau CEO d’Orange est juste un grand guignol (ou une marionnette… c’est selon…).

    Comme SCAL l’a mentionné dans un autre ticket, les gens d’ « Employés Suisse » ont été tout aussi pitoyables sur ce coup. PERSONNE n’a aidé les employés d’ALU et ils se retrouvent vraiment comme des porcs à l’abattoir… malheureusement je n’ai pas vraiment d’autres images qui me viennent à l »esprit en ce moment…

    On verra ces prochaines semaines comment les choses vont évoluer car Ericsson fait certaines promesses aux employés d’ALU mais jusqu’à quel point, on verra…

    AMEN

  24. @Petit Papa

    La citation que vous reprenez ne se réfère pas au cas d’Orange. Merci de ne pas travestir mon propos!

    Je dis simplement que l’outsourcing n’est pas quelque chose de mauvais en soi et que ,du côté « client », on ne perçoit pour l’heure que très peu de répercutions liées à la gabegie « interne » que beaucoup dénoncent ici. Néanmoins, comme je l’ai déjà écrit, je croise les doigts pour le proche avenir… car ces changements de sous-traitants, un peu improvisés, et toute la mauvaise pub sciemment organisée par certains « insiders » , qui règlent leur compte avec le management d’Orange sur les forums, ne laissent pas augurer du meilleur pour cette entreprise en 2013…

    L’offre Orange Young reste imbattable en rapport prestation/prix. J’espère que les prestations seront toujours à la hauteur.

  25. A ceux qui pensent encore que l’externalisation est une bonne chose:
    – Orange a externalisé plus de 250 emplois en 2008. Il en reste 146 en Suisse aujourd’hui
    – aujourd’hui seuls 95 emplois sont transférés chez Ericsson sans aucune garantie quant à leur durée
    – on peut supposer que NSN prenne encore la moitié des quelques 40 personnes qui restent
    – en supposant qu’il en reste encore les 2/3 dans 5 ans ça n’en fait plus que 75
    – orange aura donc supprimé ou contribué à supprimer presque 200 emplois en Suisse en 10 ans

    J’aimerais rappeler qu’en tant qu’employés en Suisse, nous payons pour ces gens qui se retrouveront au chômage. Ces gens sont nos collègues, nos amis et parfois nos propres familles.
    Ce qui est encore très amusant c’est que les grandes entreprises comme Orange continuent à bénéficier d’avantages fiscaux alors même qu’ils mettent l’économie et les assurances sociales en difficulté.

    Donc pour les bienfaits de l’outsourcing, je ne vois pas trop. Par contre je vois une augmentation du chômage et de la précarité (faut pas croire que tout le monde gagne 10’000.- par mois) et une baisse de la consommation, de la productivité et de la motivation des HÊTRES HUMAINS QUI VIVENT DANS CE PAYS et qui sont traités comme de la viande!

    Mais peut-être faut-il perdre son job pour s’en rendre compte

  26. @OSS
    Je comprends ton appréciation sociale de la situation… mais je doute « fortement » qu’Orange mette nos assurances sociales et l’économie en difficulté en changeant de sous-traitants… alors que parallèllement, ils annoncent des créations d’emploi par l’ouverture de shops supplémentaires!
    Maintenant, pour la viabilité d’Orange et son maintien dans l’espace concurrentiel des telecoms en Suisse, ce genre de décision était peut-être nécessaire. Le prix à payer , c’est ce que tu dénonces, mais si les clients , in fine, ne voient pas de baisse de qualité, voire bénéficie de prix toujours plus attractifs dans le futur…
    L’avenir le dira!

  27. A chacun son point de vue…

    Pour ma part il ne s’agit là de rien de moins que du licenciement massif de plus de 170 personnes camouflé en transferts ou tout simplement caché.

    On a à maintes reprises parlé ici du transfert de 95 personnes chez Ericsson, du « transfert » à un employeur jusqu’ici fantôme de 45 personnes mais personne n’a encore évoqué les quelques 30 licenciements annoncés par Alcatel-Lucent Suisse et qui ne concernent pas le personnel travaillant sur le projet Orange.

    A mon sens, il ne s’agit là de rien de moins que de la tentative désespérée d’un groupe à bout de souffle, au bord de l’asphyxie, de sauver quelque menue monnaie avant de se retirer par la petite porte d’un marché helvétique qu’il était parti conquérir mais dans lequel il s’est lamentablement embourbé.

    Un management déplorable…
    Des managers-beaux parleurs imbus d’eux-mêmes des débuts aux managers-fossoyeurs aux discours confus de la fin en passant par les managers-pushers et autres managers-météorites qui ont traversé le ciel Alusien durant ce quinquennat nous ne retiendrons que ces trois points communs:

    – une propension à s’incliner et à acquiescer promptement à toute nouvelle exigence d’un client se comportant plus souvent comme une Diva capricieuse que comme un partenaire d’affaire

    – une parfaite maîtrise des tableurs Excel et de Business Object

    – une méconnaissance totale du sujet

    Eh oui Messieurs, surprise ! L’entretien, la modernisation et l’extension d’un réseau de téléphonie mobile prend du temps, coûte de l’argent et nécessite aussi l’emploi d’un personnel compétent.
    Tout cela ne se gère pas qu’à coup de statistiques, de rapports, de pressions voire même de menaces aussi parfois.
    Du rêve à la réalité il y a toutes sortes d’imprévus et de problèmes techniques à surpasser.
    Avoir de l’ambition c’était bien. Se donner les moyens de ses ambitions aurait été mieux encore.

    N’étant pas au fait des arcanes de la finance je ne saurais affirmer ce qui suit, mais gageons que la perspective pour 2013 de l’économie de 170 salaires suisses ainsi que la fin d’un contrat catastrophique qui ne vous aura apporté en définitive au fil des ans qu’une perte d’argent considérable ajoutés aux 5000 licenciements annoncés par le groupe au niveau mondial vous permettra très cher Ben (Verwaayen, PDG du groupe Alcatel-Lucent) de restaurer quelque peu la confiance de vos amis actionnaires ainsi que de retrouver, peut-être, un peu plus vite votre place au CAC40.

    Business is business…

    Espérons pour la suite qu’Ericsson qui se présente comme le leader mondial en Managed Services sait exactement où il met les pieds. La déconvenue risque d’être sévère autrement…

    NSN, de son côté, sait parfaitement à quoi s’attendre. Ceci explique peut-être aussi le peu d’empressement qu’il met à signer ce fameux contrat.

    N’oublions pas non plus nos « amis » de l’Institut CRF et de la société d’audit Grant Thornton!
    Au vu de ce qui se passe actuellement chez Alcatel-Lucent espérons qu’ils y réfléchiront à deux fois avant de désigner leur prochain Top Employer. Si il existait un bêtisier en la matière, nul doute que la farce de 2012 figurerait en bonne place au Top 3.

    Quant aux client d’Orange, donnons leur rendez-vous dans un an pour un premier bilan…

    Et puis, pour les employés d’Alcatel-Lucent concernés par cette affaire l’aventure s’arrête aujourd’hui.
    Il ne leur reste plus qu’à faire leurs bagages, à quitter le navire et à attacher fermement leurs ceintures. 2013 risque plus de ressembler à un tour de Grand 8 façon USA qu’à une balade au bord d’un grand fleuve tranquille.

    Souhaitons leur de trouver le courage nécessaire pour traverser ces épreuves.

  28. Si je reconnais volontiers que cette situation est gérée de manière peu élégante et professionnelle par Orange et ALU (il y a une responsabilité des deux parties) je suis tout simplement stupéfait de nombre de commentaires. Je crois que certains n’ont pas encore compris que nous vivons dans un monde ouvert, concurrentiel et globalisé. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un fait. Si ces employés ont de réelles compétences ils trouveront à travailler ailleurs – c’est pas de la « viande pour l’abattoir ». Et rien ne les empêchait, le cas échéant, d’anticiper un peu… La relation employeur / employé n’est pas unilatérale et le travail n’est pas garanti à vie dans ce pays (ni dans beaucoup d’autres au demeurant).

  29. Comme client d’orange il faut s’attendre à quoi comme problème ces prochains temps?

  30. Il n’y aura pas forcément de problèmes. De toute façon durant les fêtes de fin d’années, tous les opérateurs font un freeze de leur réseau. De plus, le réseau Orange a été entièrement renouvelé depuis un an et demi et est donc pratiquement neuf.

    Par contre, la séparation du contrat entre la maintenance et la fourniture ne va pas rendre les choses plus simples (d’autant plus que Ericsson et NSN sont avant tout concurrents). A suivre également comment les choses se passeront avec Ericsson qui ne cache pas du tout vouloir externalisé le plus possible de choses. Dans ces conditions les meilleurs éléments risquent d’être les premiers à donner leur congé. C’est d’ailleurs ce qui s’était passé dans la période du changement de contrat chez Sunrise. A noter également que Orange reste aujourd’hui le seul opérateur a effectuer le monitoring du réseau à l’étranger (Roumanie). Vu comment les choses se passent depuis quelques temps, si une grosse panne devait par malheur survenir ces prochains mois, elle ne surprendrait pas beaucoup de monde.

    Mais quoi qu’il en soit, avec ou sans les problèmes actuels, aucun opérateur n’est à l’abri d’un gros pépin. D’ailleurs le plus gros problème ces dernières années c’est Swisscom qui l’a eu. Mais malheureusement, tant pour Orange que pour Sunrise une panne importante aurait des conséquences graves auprès principalement de leurs clients potentiels. Dans l’esprit de la majorité des gens, lorsqu’il y a un problème chez Orange et Sunrise c’est parce qu’ils sont nuls et pas fiables mais lorsqu’il ‘y a une panne chez Swisscom, c’est simplement parce c’est inévitable que cela arrive parfois ;-)

  31. Aucun.
    Le Scal tente de faire peur aux clients Orange simplement parce que les responsables n’ont pas daigné lui communiquer des informations. On croit rêver…

  32. @AlexT, le monde n’est pas totalement ouvert et concurrentiel: je ne peux pas aller librement acheter 45 kilos de bœuf en France et le ramener en Suisse, j’achète les mêmes médicaments élaborés et produits en Suisse trois fois plus chers ici qu’en France! Par contre, je peux acheter des Roumains que je fais travailler pour un salaire misérable en encaissant de l’argent payé par des suisse à des prix suisses!

    Evidemment, la question sur la délocalisation n’est pas prête d’être réglée. Ce sera le débat des prochaines années.

    Le problème est simple, les entreprises ne voient qu’a court terme (~5 ans) de quelle manière ils vont pouvoir faire augmenter la cotation de leur action en bourse. Cette mentalité est simplement la cause de tous les maux de notre planète. Mais lorsqu’ils (ou nous) réaliseront que l’argent ne se mange pas il sera probablement trop tard.

    Bonne année!

  33. @Noisequik
    Pour info, le scal n’avait pas d’infos à recevoir puisqu’il les avaient de toute façon. Orange a simplement confirmé une par une toutes les infos publiées. :-)

  34. Je suis aussi impressioné par le nombre de commentaires sur cet article… Pour remettre tout ceci en perspective, on parle en fait du destin de 50 personnes maximum, qui ont été externalisées il y a 5 ans, et qui travaillent dans un domaine en expansion.

    A quelques centaines de mètres d’Orange, chez Swissprinters (ex-IRL) il y avait plus du double de personnes qui risquaient non seulement de perdre leur place, mais en plus de ne plus jamais retrouver de travail, vu l’état catastrophique du domaine de l’impression.

    Alors vous voyez, les pauvres employés d’ALU, s’ils ont mis 5 ans à comprendre qu’ils n’étaient plus employés d’Orange, je ne vais pas trop pleurer sur leur destin. Il y a par contre des typographes de 55 ans à qui je fais tous mes meilleurs voeux pour 2013.

  35. @AlexT: je reprends votre phrase: ». Et rien ne les empêchait, le cas échéant, d’anticiper un peu…
    Comment peut-on anticiper lorsque l’on reçoit mi décembre, donc 2-3 semaines avant la fin de l’année, une nouvelle pareille sachant que quelques employés étaient déjà en vacances…???
    ALU n’a pas fait les choses correctement et se sont permis tout simplement de « retarder » l’annonce officielle alors qu’ils avaient déjà signé fin Octobre l’accord entre Orange et ALU de ne pas continuer leur business ensemble…

    Bref, sûrement plus facile pour vous de dire ces choses sachant que peut-être, votre place est probablement toujours bien au chaud début 2013…

    @Dada: juste déplorable votre commentaire: ce sont pas 50 personnes mais environs 175 ca, malgré certaines promesses, AUCUN ex-employé d’ALU n’a signé de contrats avec Ericsson ou encore NSN…

  36. Visiblement Dada vous ne comprenez pas ou vous ne voulez pas comprendre.

    On ne parle pas ici de personnes licenciées, on parle ici de personnes qui ne savent pas où elles doivent aller travailler mercredi… J’en connais plusieurs qui seraient soulagées dans les conditions actuelles d’être licenciées.

    Et ce que vous ne voulez pas comprendre non plus c’est que Orange devait donner le nom du nouveau partenaire pour fin juin, soit il y a six mois. Durant tous ces mois, Orange a affirmé en permanence que les gens seraient repris par le nouveau partenaire. Pour l’équipement Orange n’a toujours pas annoncé aujourd’hui qui sera ce partenaire.

    Enfin, vos propos dédaigneux et méprisants par rapport à des gens qui auraient été incapables de comprendre durant ces cinq dernières années qui est leur employeur ont au moins le mérite de révéler au grand jour la personne que vous êtes. A côté de vous, aussi bien les dirigeants d’orange que d’ALU passent pour des enfants de choeurs :-)

  37. @Shark Attack
    C’est bien la façon de consommer qui pose un problème. Si je comprends bien ton raisonnement, l’important c’est de payer moins cher et tant pis si tes belles nike sont fabriquées en Inde par des gamins de 7 ans….

    Là c’est pareil. Tant pis si le boulot part ailleurs tant qu’on paye moins cher pour son forfait.

    Et puis, comme le dit le scal, il y a surtout la question suivante qui est toujours sans réponse.
    Que deviennent ces gens le 1er janvier puisque personne ne se reconnait comme leur employeur?
    Ils ne peuvent même pas aller au chômage puisqu’ils n’ont pas été licenciés!

    @ tous ceux qui pensent qu’on a assez parlé de ce sujet
    Il y a d’autres sujets, d’autres blogs, d’autres problèmes dans la vie. Si vous ne voulez pas voir, faites comme avec les mendiants, détournez le regard et ils vont peut-être disparaitre.

    Bonne année à tous

  38. @DADA
    Tu dois rencontrer quelques problèmes de lecture…

    On parle là de 170 personnes potentiellement sans emploi dans les 3 mois à venir et le marché est tellement en expansion que quelques uns des 48 employés déjà licenciés par Alcatel il y a 2 ans pour raisons économiques n’ont toujours pas retrouvé de travail à ce jour.

    Tu la vois où l’expansion? Il y a 3 opérateurs sur le marché suisse. Swisscom est servi en personnel, merci! Idem pour Sunrise. Quant à Orange, ils outsourcent également une partie de leur personnel chez Ericsson qui lui va, en partie, se fournir à l’étranger. Même son de cloche pour NSN qui dispose de collaborateurs en France et au Portugal, entre autres.

    Et puis on parle là de personnel expérimenté. L’expérience s’acquiert (et se paye aussi) avec les années et donc il s’agit de personnes pour la majeure partie âgées entre 40 et 55 ans. Pas idéal comme âge sur le marché du travail actuel.

    De plus ces personnes n’ont été avisées par leur employeur Alcatel qu’il y a 3 semaines de leurs prochains licenciements ou transferts. Il y a quand même de quoi être choqué et d’avoir envie de commenter. Non?

    Le reste, la guéguerre inter-entreprises que se livrent Alcatel et Orange ne les regarde ni ne les intéresse plus que ça. Tout ce qu’elles demandent c’est une clarification de leur situation et, si possible, un emploi.

    Et elles ne vivent pas non plus sur une autre planète dans l’ignorance totale de ce qui se passe dans beaucoup d’entreprises actuellement et c’est peut-être aussi là une raison de plus pour elles de s’inquiéter.

    Sur ce, bonne Année quand même!

  39. @Scal : si je relis le courrier d’ALU à ses employés, c’est assez clair : on leur demande de rendre leur laptop, badge, etc. et ils seront encore payés en janvier, voire février ou mars pour certains; donc ils sont licenciés, la seule ambiguïté étant de savoir où ils travailleront durant les derniers 1, 2 ou 3 mois.

    Je suis désolé pour eux, comme pour tous les gens qui ont perdu leur travail cette année, et je leur souhaite de tout coeur de retrouver un travail le plus vite possible. Je ne suis pas trop pessimiste pour eux, sachant que la conjoncture en Suisse n’est pas trop mauvaise, et qu’il y a de la demande dans le domaine informatique/télécom. J’ai moi-même changé d’employeur dans le domaine cette année, et je suis plus près de 55 que de 40 ans…

  40. @Dada
    Non, les employés n’ont pas été licenciés. Ils sont « transférés ». C’est d’ailleurs bien là toute la base du problème. Dans la mesure ou Orange a déjà fait savoir qu’il n’y avait aucun accord avec ALU pour la reprise des 46 personnes qui restent en rade, ces 46 personnes sont « transférées » dans le vide mais ne sont toujours pas licenciées. Elles se retrouvent dans le « no mans land ». Je vous conseille de voir le film « le Terminal » pour comprendre.

    ça parait tellement improbable qu’une telle situation ait lieu dans notre beau pays tout carré que personne ne réalise le vide juridique dans lequel les employés se retrouveront dans à peine 48h.

    Même si ALU s’est engagé à payer les gens pour le mois de janvier (voir février-mars), ils ne sont plus reconnus comme des employés dès le 1er janvier 2013. ALU a sans doute l’espoir de récupérer ses billes en poursuivant Orange devant les tribunaux.
    Toutes les questions restent également ouvertes quant aux assurances accidents, caisse de pension, etc si ALU persiste à nier les responsabilités envers ces personnes.

  41. Je ne sais pas si c’est le bon endroit pour l’écrire… mais bon…
    Je souhaite tout simplement une toute bonne année à toutes et à tous… une année remplie de joie et de bonheurs…
    Et merci encore à Pascal pour ce blog informatif de haute qualité… continue comme-ça…
    Et tout spécialement une bonne année à celles et ceux qui sont dans l’incertitude pour leur job…

    BONNE ANNÉE !!! ;) ;) ;)

  42. Orange commence bien l’année 2013. Ils proposent une offre Orange Young Max à 40 frs/mois, avec appels illimités sur tous les mobiles Suisse en sus de ce qui est déjà compris dans l’offre Orange Young.

  43. C’est l’offre à 65 francs dont je parle dans cet article ou c’est encore une nouvelle offre?

  44. C’est une « nouvelle » option valable depuis aujourd’hui qui s’active sur un compte Orange Young (pour les -27). Elle modifie l’abo « Young » de 25 frs à 40 frs/mois, mais permet la grauité de sappels sur tous le sréseaux mobiles suisses.
    J’ai reçu cette offre par E-mail tout-à-l’heure vantant ce nouveau produit.

  45. A mon avis c’est l’offre dont je parlais, mais elle modifie pas l’abo c’est une option qui s’ajoute aux 25 francs, ce qui donne au final 65 francs…

  46. Au fond, tu as peut-être raison. Ce qui rend cette option inintéressante, alors… Je pensais que c’était 40 frs/mois au lieu de 25frs/mois, mais si c’est 40 frs en sus des 25 frs/mois (Orange Young) à payer, cela fait effectivement 65 frs!
    :(

  47. C’est vrai que la façon dont c’est expliqué c’est pas forcément clair.

  48. Par curiosité où en est on dans cette affaire ?

  49. Rien de nouveau. Orange n’a toujours pas annoncé qui sera le fournisseur d’équipements… Quant à ceux qui devaient être repris par Ericsson, ils savent toujours rien non plus, aucun n’a reçu de contrat.

  50. Toujours pas de nouveaux contrats en vue pour les ex-ALU, malgré les nombreux mails des HR chez Ericsson…
    Les petits jeunets (roumains) qui ont reprise leur job sont de plus en plus arrogants et la question légitime qu’on peut se poser est: comment un jeune diplômé d’université (moyenne d’âge entre 21 et 25 ans) puisse se permettre de dire qu’ils ont une expérience professionnelle alors qu’ils sortent de l’uni et qu’ils ne savent toujours pas (après passé un mois de job) régler un problème correctement (même simple)???
    Bref, mis à part le fait qu’Ericsson soit une très bonne société et surtout bien structurée (comparée à ALU), il faudrait que ces petits roumains redescendent un peu de leur piédestal, car à part prouver qu’ils ne sont pas du tout au point (leur compétence est de plus en plus mise en doute) et continuer dans la lignée de l’arrogance, ils ont encore de la chance (beaucoup même) que les « anciens » sont encore là. Malheureusement la barrière de la langue est aussi présente car depuis peu, ils se font le plaisir d’essayer de « descendre » les « récupérés » afin de sauver leur job une fois rentrés chez eux…
    Bref, c’est pas encore gagné pour Orange et leur envie d’avoir un réseau de « bonne » qualité… (sans parler de leur CEO et APAX qui ne pigent rien au travail effectué quotidiennement pour garder le réseau en vie…

  51. Et voilà… 17 personnes virées ce matin de chez Ericsson. Tous des anciens ALU…

  52. On s’en prend plein la gueule depuis décembre!!! Merci patron…

  53. 45 licenciés chez ALU + 17 chez Ericsson = 62 emplois supprimés grâce à Orange! Et pas un mot dans les médias?!!! Seraient-ils payés pour garder le silence???

  54. @sunzi : sache que les 17 de chez Ericsson n’ont pas reçu de contrat de la part de ce dernier
    ils sont tous licenciés au conditions d’Alcatel,,, et le plus fort dans cette histoire c’est qu’ils étaient pompés par les Roumains de tout leur jus pour que ces derniers puissent transmettre les activités en Roumaine évidement. 6 fois moins cher…
    et quand au silence des médias, en Suisse on n’aime pas faire de vague, car il s’agit de la dignité du travailleur ;-)

  55. ok! Étrange que cela se fasse librement. Il me semble que la confédération se tire une balle dans le pied en délivrant des visas à des étrangers uniquement pour qu »ils puissent ensuite siphonner le travail des suisses. Ce qui me gêne, c’est qu’Orange Suisse (ou devrais-je dire Matterhorn mobile?) n’est active qu’en Suisse, donc son revenu vient uniquement des suisses, mais elle paie des sous-traitants étrangers, ensuite à la confederation suisse de payer les chômeurs. Cela revient à donner de l’argent à la Roumanie. Qui a dit que la Suisse ne faisait pas partie de l’Europe? Quel genre de visa ont ces Roumains? Il faudrait voir pour voter une loi un de ces quatre… messieurs les politiques, le jour ou vous aurez fini avec vos petites guéguerres et stratégies électorales à la *, peut-être ouvrirez-vous les yeux sur ce qui est en train de se passer…

  56. @sunzi: ya qu’a poser la question à la commune de Renens qui ne fait pas son travail….
    il me semble qu’il y a une circulaire concernant les pays de l’est Roumanie et Bulgarie compris…
    et puis il n’y a rien d’étrange dès qu’il s’agit de gros interet, la communauté politique est au abois ou plus tot au abonnés absents

  57. La question que je me pose est de savoir s’il faut quitter Orange pour cesser de cautionner ce genre de pratiques (quitte à payer un peu plus cher pour un opérateur qui respecte ses employés) ou si au contraire cela va encore nuire aux derniers malheureux survivants suisses du naufrage Alcatel-Orange).

  58. Fuyez, Fuyez!

    Les prochains collaborateurs d’Ericsson sont déjà sur les listes.
    Est-ce que vous voulez continuer a nourrir une entreprise qui fait des bénéfices et qui cautionne/instigue la destruction salarial Suisse de 62 employés et malheureusement d’autres a venir…
    Combien de cotisations, d’impôts, consommation disparaissent de Suisse?
    ***Que font les politiques? L’administration bien veillante?***

    @Maca7, si tu restes chez OCH, tu nourris un fond de pension étranger.

    Sans parler que le personnel Roumain d’Ericsson a peine sortie de l’école est incompétent.
    ***Quel est l’intérêt pour la Suisse que Orange devienne un opérateur lowcost?***

  59. Ayant pu juger des compétences de ce personnel Roumain, je ne dirais qu’une chose: changez d’opérateur au plus tôt….

  60. Cette situation est pathétique et affligeante.

    J’espère que les employés licenciés ou dont le sort n’est pas fixé, pourront rebondir très rapidement.
    Il est légitime de se demander comment a t on pu en arriver là ?
    (Tout en sachant que la casse sociale ne fait que commencer…)

    Petit retour en arrière…

    Janvier 2008 : Orange confie l’extension et la maintenance de son réseau mobile à ALU Suisse, transférant au passage environ 150 de ses collaborateurs chez l’équipementier Telecom. Sunrise lui emboitera le pas quelques mois plus tard. La tendance d’externalisation est à la mode, mais il y a peu de retours d’expériences sur la réelle rentabilité de ce type de contrat. Une chose est sûre, une très grosse partie de l’activité restera en Suisse. (Cinq ans après, la qualité actuelle du réseau ne laissent aucun doute sur la performance des techniciens et ingénieurs ayant travaillé sur ce réseau, chez ALU et Orange).

    2008 : La 4G est en ligne de vue mais le contrôle des coûts reste plus que jamais d’actualité chez les opérateurs mobiles, la crise est passée par là et la concurrence est rude. Autre phénomène « tendance » du moment : la mutualisation des réseaux dans de nombreux pays (pas seulement des baux ou des mâts, mais bien des Réseaux), dans de très nombreux pays disais-je… sauf en Suisse malheureusement : PREMIERE ERREUR.

    Les deux opérateurs alternatifs ramasseront les quelques miettes laissées par le géant bleu mais rien n’y fait, il faut faire face à un dilemme : faire évoluer sans cesse son réseau mobile et réduire les coûts, réduire les coûts, réduire les coûts… et utiliser au passage toutes les failles d’un contrat d’outsourcing pour presser le prestataire, quitte à lui faire prendre des risques financiers inconsidérés ou lui faire payer des pénalités…
    A l’époque, beaucoup « d’analystes » focalisent leur attention sur le prix élevé des communications mobiles en Suisse, sans vraiment expliqué au gens pourquoi téléphoner en Suisse avec son Natel coûte beaucoup plus cher qu’ailleurs en Europe. Il y a des raisons techniques notamment liées à la réglementation des émissions radio, au coût du travail en Suisse, au dictat financier des opérateurs européens sur le roaming international pour les opérateurs Suisses , etc.

    En 2008, il aurait été déjà sage de se demander si le marché Suisse laissait suffisamment de place pour 3 opérateurs mobiles connaissant les investissements permanents exigés par cette activité.

    2009 : Orange et Sunrise en sont arrivés à la même conclusion : leur fusion est inéluctable. De nombreux acteurs du marché, notamment le patron de la Comcom, approuve ce projet de fusion, mais avec des justifications liées à une volonté de faire baisser les coûts pour le consommateur. En revanche, personne ne voit la lame de fond sociale arrivée. Personne – ou peu – ne se demandera vraiment pourquoi les opérateurs en sont arrivés à cette conclusion.. si ce n’est pour rester en vie.

    2010 : La comco rejette le projet de fusion pour « position dominante collective » : DEUXIEME ERREUR. Malheureusement, quelques technocrates éloignés des réalités ont pris une décision très grave de conséquences. Le géant bleu voit la vie en rose… et Sunrise et Orange continueront à presser leur prestataire commun. Les consommateurs ont-ils vraiment vu une baisse des prix grâce à cette décision de la Comco ? absolument pas, c’est un mensonge de dire le contraire.
    Certes la fusion comportait des risques, mais beaucoup plus d’opportunités et de chances. A l’époque, personne ne pensait une seconde à l’ingénieur Roumain… (bien que beaucoup de français pensaient déjà au plombier Polonais !!!). Il aurait mieux valu un duopole efficace et pérenne plutôt qu’un marché à trois avec un géant et deux petits… même pour le consommateur.

    2011 : La concurrence fait rage mais les prix baissent très peu et les investissements à réaliser par les opérateurs sont dantesques. Conclusion : FT quitte le bateau Suisse et met officiellement Orange Suisse en vente. Un choix que peu de politiciens ont analysé si ce n’est naïvement de croire que le groupe FT n’acceptait pas la place de troisième. La descente se poursuit. Orange pressera son prestataire encore et toujours, fera des plans sur la comète concernant la 4G mais dans les faits, la messe est dite : il va falloir trouver un prestataire moins cher que moins cher… Ce projet est déjà sur la table du CA d’Orange Suisse.

    2012 : Les enchères 4G sont ouvertes et Matterhorn Mobile (enfin APAX Partners, une des top 10 compagnies de Private Equity au monde) devient le nouveau et heureux propriétaire d’Orange Suisse, qui au passage gardera son nom pour une brouette de 20 millions par an versée à Orange.. (le vrai).
    Mais que pourrait bien faire une société de capital risque, dont l’objectif est une rentabilité court ou moyen terme – d’un opérateur mobile avec 15% de part de marché … ??? Anticiper une fusion inéluctable ?…. que les politiques finiront par accepter en baissant la tête ?.. noooonnn !

    Fin 2012, le couperet tombe : bye bye ALU, bonjour Ericsson… et plus vite que ça (ca tombe bien, c’est bientôt les vacances de fin d’année)… peu importe la casse sociale, de toute façon, ca n’intéresse peu de monde dans un pays ou le taux de chômage taquine les 3.5%, soit le plein emploi au sens du BIT. On tape sur ALU, sur Orange, sur Ericsson, bref… réactions légitimes face à une injustice cruelle.

    Oui mais voilà… qui aurait pensé qu’une succession d’erreur de jugement aurait ouvert la boite de Pandore… ?
    Qui avait pensé à l’ingénieur Roumain à 1’000 Euros ? (qui n’y est absolument pour rien d’ailleurs)
    Ou cela finira ?
    Qui par exemple empêchera Huawei d’externaliser la surveillance du réseau de Sunrise en Chine ?
    Qui pourrait expliquer pourquoi Orange n’a toujours pas choisi son fournisseur d’équipements 4G alors que le lancement est prévu pour juin 2013 ? Rien ne vous semble étrange ?

    Messieurs les politiques, les millions encaissés pour les licences 4G doivent MAINTENANT servir à la croissance du pays, ne serait-il donc pas temps de vous réveiller ?

    En attendant, le géant bleu dort sur ses deux oreilles et le consommateur paie ses factures comme il y a cinq ans…

  61. Merci de vos conseils, message reçu. Orange vient de perdre un client de plus.

  62. @Sad but True
    Petite rectification, le contrat Sunrise – Huawei mentionne expressément que le monitoring du réseau doit se trouver en Suisse.

  63. A propos du transfert chez Ericsson et ce certain non-renouvellement de contrat, il serait peut être utile de préciser ceci : sitôt le repreneur connu (Ericsson) ALU s’est vite dépêché de faire une liste de personnes (avec la bénédiction d’OCH il va sans dire) et de forcer Ericsson à l’accepter sans mot dire. Oui sauf que quand on regarde cette liste et qu’on l’applique au business plan d’Ericsson, on a vite fait de s’apercevoir de l’entourloupe…Autrement dit ALU/OCH savaient pertinemment qu’Ericsson allait couper dans cette liste rapidement, du vrai licenciement caché…Et comme ALU en vire déjà 45, valait mieux qu’Ericsson porte le chapeau pour 17 plutôt qu’ALU pour 62….Ericsson n’a pas à être le Saint-Bernard ou la Mère Thérésa du telco Suisse. Parce que qu’est ce que vous croyez que NSN va faire ? Reprendre les 45 licenciés d’ALU ? Que nenni, ils iront faire leur marché et ne reprendront que ce qui les intéressera (NSN a d’ors et déjà fait le ménage dans ces contractors en prévision, et les quelques contacts avec les laissés pour compte d’ALU n’ont pas été vraiment enchanteur….)

  64. ALU a perdu le contrat de maintenance OCH, tu voulais quoi, qu’ils gardent les employés a rien faire?
    C’est bel et bien Ericsson qui prend l’argent du contrat et préfère utiliser du personel LOWCOST.
    Qui est Mère Térésa quand Ericsson utilise les employés d’ALU (ex-OCH) pour transférer les connaissances aux « Ingénieurs » Roumains, tout ça pour être viré comme des chaussettes troués ! ??
    Les coupables de ces licenciements sont OCH et E///

  65. Orange annonce une centaine de licenciements. La saignée des telcos continue…

    A ce rythme là il n’y aura bientôt plus grand monde pour s’occuper du Cervin des téléphones portables dans ce beau pays…

  66. Avis aux ex Ericsson et leur syndicat, il me semble qu’Ericsson ne respecte pas certains points de la convention collective:

    Article 38.5
    Mesures sociales / plans sociaux / licenciements collectifs / maintien d’emplois
    La direction d’une entreprise qui envisage de licencier un nombre important de personnes est tenue de consulter à temps la représentation des travailleurs ou, à défaut, le personnel. Si la direction envisage un licenciement collectif selon le code des obligations, elle informe l’Office cantonal du travail et les parties contractantes sur les licenciements collectifs envisagés en indiquant les motifs, le nombre de personnes habituellement employées, le nombre de licenciements envisagés et la période pendant laquelle il est envisagé de donner des congés.

    Pour éviter ou limiter des licenciements entrent notamment en ligne de compte les mesures suivantes:
    – répartition différente du temps de travail
    – déplacement de places de travail dans l’entreprise ou dans le groupe
    – qualifications complémentaires, recyclage, formation continue
    – externalisation du travail pour les personnes concernées
    – application de l’art. 57 de la convention
    – retraite modulée et retraite anticipée

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives