Mobile: les opérateurs forcés à plus de transparence en roaming

La décision du conseil national la semaine dernière d’accepter par 181 voix contre 5 une motion de Ursula Wyss demandant un plafond pour les prix du roaming et ce contre l’avis du conseil fédéral a fait grand bruit dans les médias. Même si l’acceptation de cette motion n’aboutira au final certainement pas à une loi dans ce sens, elle a au moins le mérite d’augmenter de façon importante la pression sur les opérateurs. Et dans ce sens, il s’agit d’une belle victoire pour ceux qui se battent depuis de longues années pour que les consommateurs de notre pays cessent de payer leurs communications à l’étranger plusieurs fois plus cher que leurs voisins européens.

Aujourd’hui, les opérateurs profitent avant tout de l’opacité du système: Swisscom, Sunrise et Orange négocient séparément avec chaque opérateur étranger des prix pour un certain nombre de minutes et un certain volume de données. Personne ne sait vraiment ce que coûte et surtout ce que leur rapportent les frais d’itinérance (roaming). Si les opérateurs répètent en choeur depuis des années qu’ils sont en position défavorable pour négocier, il y a plusieurs indices qui laissent supposer qu’ils exagèrent largement ce problème. D’abord parce que les Suisses sont de grands voyageurs et qu’il y a plus de minutes consommées par des Suisses en France par exemple que par des Français en Suisse; cela signifie donc qu’au final c’est bien l’opérateur suisse qui paie du cash à l’opérateur étranger. Et comme dit le proverbe: Qui paie commande!

Swisscom, Sunrise et Orange finiront bien par devoir répondre à certaines questions!
Il y a également un deuxième point qui tend à prouver que les opérateurs nous mènent en bateau. Prenons par exemple cette offre de l’opérateur historique allemand Deutsche Telekom qui permet de surfer sans limite pendant toute une semaine pour 15 euros. Cette offre est valable pour les clients allemands en voyage en Suisse et en aucun cas Swisscom par exemple va facturer moins cher ces Mo à Deutsche Telekom que ce que l’opérateur allemand va lui facturer lorsqu’un Suisse surfe en Allemagne. Par conséquent, quand on sait que chez Swisscom 50 Mo consommables en 24 heures coûtent 24 francs on peut sérieusement se demander si Deutsche Telekom perd de l’argent avec ses clients qui surfent en Suisse ou si c’est Swisscom qui encaisse trop 😉

Au final donc, même si on est encore très très loin de prix plafonds en Suisse pour le roaming comme c’est le cas en Europe, il ne fait aucun doute qu’il faudra bien qu’un jour les opérateurs répondent enfin aux questions ci-dessus. Et pour cela, il n’y a rien de mieux que la pression politique découlant de l’acceptation de la motion Wyss.

© pascal martin

Billets similaires:


/*

2 commentaires

  1. quelle bonne nouvelle 😉 ça va déjà dans la bonne direction 😉

  2. De là à ce qu’elle soit appliquée…

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives