Carsten Schloter s’exprime sur le scandale Fastweb

Pour la première fois, le patron de Swisscom Carsten Schloter et président du Conseil d’administration de Fastweb s’exprime ce matin dans la Neue Zürcher Zeitung sur l’affaire de blanchiment d’argent qui secoue Swisscom Italia.

Sur l’éventuelle mise sous administration judiciaire (ndlr: la décision devrait tomber aujourd’hui ou demain), Carsten Schloter explique que les avocats de Fastweb tentent de prouver qu’elle n’est pas nécessaire. Une telle décision pourrait être lourde de conséquences puisque la direction de Fastweb perdrait le contrôle sur les activités de l’entreprise et cela pourrait conduire au pire à une paralysie de l’entreprise.

Confiance confirmée en la direction actuelle
Carsten Schloter explique que dès l’éclatement de l’affaire, un audit a été commandé auprès d’une société indépendante afin d’analyser en détails comment les choses se sont passées. Jusqu’à aujourd’hui, rien n’indique que la direction actuelle n’a commis une quelconque erreur; le patron de Swisscom ne remet absolument pas en question sa confiance au CEO de Fastweb, Stefano Parisi. Il précise que l’enquête en cours contre le patron de Fastweb ne concerne pas le blanchiment d’argent mais le fait d’avoir signé et approuvé les décomptes TVA et livres de compte de l’année 2006. Selon Schloter, Stefano Parisi n’était clairement pas au courant des fraudes. Par contre si en plus des deux collaborateurs déjà licenciés il s’avère que d’autres personnes étaient au courant dans l’entreprise, elles seront également licenciées.

Conséquences difficiles à estimer
Le patron du géant bleu estime qu’il est difficile de savoir aujourd’hui quelles seront les conséquences de cette affaire sur le futur de Fastweb. Au delà de la non restitution d’env. 70 millions d’Euros de TVA réclamés et d’une amende, il faudra voir les traces que pourraient laisser au niveau de la confiance envers Fastweb; ceci d’autant plus que le plus gros du chiffre d’affaires de Swisscom Italia provient des clients professionnels. Les éventuelles répercussions financières ne seront connues que d’ici six à neuf mois explique Carsten Schloter.

© pm (NZZ)

Billets similaires:

Tags: ,

/*

1 commentaire

  1. Cela me rappelle un peu Swissair au début dans les années 90 !

    Quelles conséquences auraient un grounding de Fastweb sur Swisscom ?

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives