Les hôpitaux universitaires testent le « green gsm »

Pour remplacer les bips utilisés par le personnel soignant, les hôpitaux universitaires de Lausanne (CHUV) et de Genève (HUG) testent actuellement en collaboration avec Swisscom dans deux zones pilotes un réseau à très faible puissance d’émission – le «green gsm» – pour assurer leurs communications internes. Si l’expérience est concluante, l’ensemble du CHUV et des HUG, soit au total quelque 5 000 bips, sera progressivement équipé d’ici 2010.

En Europe, d’autres centres hospitaliers (notamment le CHU d’Angers en France) ont déjà remplacé leurs bips par un système de téléphonie mobile GSM. Par contre, le CHUV et les HUG seront les premiers à le réaliser avec les exigences imposées par des antennes à très faible puissance d’émission.

En effet, la puissance d’émission de ces antennes sera très inférieure à celle des antennes conventionnelles. Mieux: elles seront équipées d’un dispositif «forçant» les portables -professionnels ou privés- à réduire leurs émissions à 0,2 watt, c’est-à-dire dix fois moins que leur capacité maximale d’émission. Tous les appareils liés à l’opérateur Swisscom seront concernés à l’intérieur des bâtiments, qu’il s’agisse de ceux du personnel, des patients ou des visiteurs.

Merci à N. Jourdain pour l’info.

© pm (c) (photo: Gregory Zeier)

Billets similaires:


/*

3 commentaires

  1. Les hôpitaux universitaires testent le "green gsm"…

    Pour remplacer les bips utilisés par le personnel soignant, les hôpitaux universitaires de Lausanne (CHUV) et de Genève (HUG) testent actuellement en collaboration avec Swisscom dans deux zones pilotes un réseau à très faible puissance d’émiss…

  2. Plustôt une bonne idée mais comment marche ce bridage à 0.2W ?! Qqn a une idée ?!

  3. @Alex:
    le réseau contrôle en permanence la puissance à laquelle le Natel doit émettre. Ce contrôle est plus précis pour l’UMTS que pour le GSM.
    Cela permet au natel d’économiser ses batteries, et à l’opérateur de minimiser les interférences. En zone urbaine dense et à l’extérieur, un Natel n’émet que rarement plus que dans le cas du CHUV et du HUG. C’est en rajoutant des antennes (à faible émisson) dans les locaux de ces hopitaux que l’opérateur peut garantir des niveaux faibles d’émission, par contre ça a un coût non négligeable…

Répondre

Créez en moins d'une minute votre avatar personnel sur gravatar.com.

You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


 

Traduction

Archives